Home / News / Evenements / Magritte 2018: raz-de-marée pour « Insyriated »

Magritte 2018: raz-de-marée pour « Insyriated »

Ce samedi soir a eu lieu la 8e Cérémonie des Magritte du Cinéma. Nommé 6 fois, Insyriated, le deuxième film de Philippe Van Leeuw repart avec 6 prix, dont ceux du Meilleur film, de la Meilleure réalisation et du Meilleur scénario. Autre fait notable: pas moins de 4 réalisatrices ont été primées cette année!

C’est donc un net plébiscite qui vient saluer ce deuxième long métrage du réalisateur, ex-chef opérateur qui remporte les deux très convoités Magritte du Meilleur Film et de la Meilleure réalisation, mais aussi le Magritte de la Meilleure réalisation. Une première aussi pour pour le réalisateur, que pour le producteur, Guillaume Malandrin (Altitude 100 Productions), doublement récompensé d’ailleurs, puisqu’il a également remporté le Magritte du Meilleur court métrage d’animation pour Le Lion et le Singe de Benoît Feroumont.

Insyriated est également primé pour l’image (Virginie Surdej) et le son (Alek Goose et Paul Heymans), voyant ainsi la force de sa mise en scène, et le talent de ces techniciens mis au service de l’angoisse qui suinte à chaque minute du récit. Sa bande originale a également été primé, offrant ainsi à Jean-Luc Fafchamps pour sa première incursion au cinéma une belle récompense.

6 prix pour Insyriated, ce sont aussi 6 prix qui ne reviennent aux deux autres films largement nominés ce soir, Noces de Stephan Streker et Chez Nous de Lucas Belvaux. Noces remporte néanmoins deux prix, ceux des Meilleurs costumes attribué à Sophie Van Den Keybus, et celui de la Meilleure actrice dans un second rôle pour Aurora Marion.

Jamais deux sans trois, Emilie Dequenne transforme à  nouveau l’essai pour son rôle dans Chez Nous, après ses Magritte pour A perdre la raison de Joachim Lafosse (2013) et Pas son genre de Lucas Belvaux déjà, en 2015. Chez les hommes, c’est Peter Van Den Begin qui l’a emporté pour King of the Belgians, après avoir été très remarqué aussi pour sa prestation dans Dode Hoek.

Le Magritte du Meilleur acteur dans un second rôle est revenu à Jean-Benoît Ugeux pour Le Fidèle, là aussi un comédien vu dans de nombreux films cette année, dont Le Film de l’été d’Emmanuel Marre. Chez les espoirs, c’est le jeune comédien Soufiane Chilah, vu notamment dans Black et Home, qui s’est vu primer pour sa performance toute en densité dans Dode Hoek. Chez les filles, la jeune Maya Dory, très émue, a reçu celui du Meilleur espoir féminin pour Mon Ange.

Le Magritte du Meilleur premier film a été remis à Faut pas lui dire de Solange Cicurel. Une réalisatrice, et une comédie. Deux points assez rares pour être soulevés!

Les Magritte récompensent également des coproductions. C’est le bouleversant Home de Fien Troch qui a remporté le Magritte du Meilleur film flamand, tandis que le Magritte du Meilleur film étranger en coproduction est revenu à Grave, premier film percutant de Julia Ducournau, produit par Frakas. Le film a également reçu le Magritte des Meilleurs décors pour Laurie Colson.

On notera que le Magritte du Meilleur montage est revenu à Sandrine Degeen pour Paris Pieds Nus, venant ainsi valier la belle collaboration entre la monteuse et les réalisateurs,

Côté courts, deux films lauréats, Le Lion et le Singe déjà cité en animation, et Avec Thelma de Raphaël Balboni et Ann Sirot, qui remportent le Magritte du Meilleur court métrage de fiction – ils avaient déjà été deux fois nommés pour Fable Domestique et La Version du Loup -, c’est donc un 3e prix du Meilleur court de fiction d’affilée pour Hélicotronc, après L’Ours Noir et Le Plombier.

Enfin, le Magritte du Meilleur documentaire est revenu pour la deuxième fois à Jérôme le Maire. Après Le Thé ou l’électricité en 2013, il est à nouveau primé pour Burning Out, un film édifiant sur un système en crise, celui de l’hôpital public, et l’un des maux du siècle, le burn-out.

 

Et voici le palmarès en détail.

Magritte du Meilleur espoir féminin:

Maya Dory pour Mon Ange

 

Magritte du Meilleur espoir masculin:

Soufiane Chilah pour Dode hoek

 

Magritte du Meilleur scénario original ou adaptation:

Philippe Van Leeuw pour Insyriated

 

Magritte du Meilleur premier film:

Faut pas lui dire de Solange Cicurel produit par Diana Elbaum 

 

Magritte du Meilleur montage:

Sandrine Deegen pour Paris pieds nus

 

Magritte de la Meilleur image:

Virginie Surdej pour Insyriated

 

Magritte des Meilleurs décors:

Laurie Colson pour Grave

 

Magritte des Meilleurs costumes:

Sophie Van Den Keybus pour Noces :

 

Magritte du Meilleur court métrage de fiction:

Avec Thelma de Raphaël Balboni et Ann Sirot produit par Julie Esparbes (Hélicotronc)

 

Magritte du Meilleur court métrage d’animation:

Le lion et le singe de Benoît Feroumont produit par Guillaume Malandrin (Altitude 100 Productions)

 

Magritte de la Meilleure musique originale:

Jean-Luc Fafchamps pour Insyriated 

 

Magritte du Meilleur son:

Alek Goose, Paul Heymans pour Insyriated

 

MAGRITTE D’HONNEUR

Sandrine Bonnaire

 

Magritte du Meilleur acteur dans un second rôle:

Jean-Benoît Ugeux pour Le Fidèle

 

Magritte de la Meilleure actrice dans un second rôle:

Aurora Marion pour Noces

 

Magritte de la Meilleure réalisation :

Philippe Van Leeuw pour Insyriated

 

Magritte du Meilleur film flamand:

Home de Fien Troch produit par Antonino Lombardo (Prime Time)

 

Magritte du Meilleur documentaire:

Burning out de Jérôme le Maire produit par Arnauld de Battice et Isabelle Truc (AT-Prod)

 

Magritte du Meilleur film étranger en coproduction:

Grave de Julia Ducournau produit par Jean-Yves Roubin (Frakas Productions)

 

Magritte du Meilleur acteur:

Peter Van Den Begin pour King of the Belgians

 

Magritte de la Meilleure actrice:

Emilie Dequenne pour Chez nous

 

Magritte du Meilleur film:

Insyriated de Philippe Van Leeuw produit par Guillaume Malandrin (Altitude 100 Production)

 

 

Regardez aussi

LeChainonManquantIllu

Retour sur… « Le Chaînon Manquant »

Avec Le Chainon Manquant, fable satirique délicieusement barrée, Picha s’empare d’un média plutôt destiné aux …