Home / News / En bref / Série prestigieuse, film de genre, projets 100% wallons: 86ème session Wallimage

Série prestigieuse, film de genre, projets 100% wallons: 86ème session Wallimage

Cette 86ème session de soutien Wallimage, le fonds d’investissement régional wallon, met évidemment en avant des productions locales, mais aussi des projets internationaux d’envergure, comme la très attendue série Les Rivières Pourpres, où l’on retrouve Erika Sainte en tête d’affiche. 

Côté productions 100% belges, on retiendra notamment Megalomaniac, du réalisateur Karim Ouelhaj. Depuis son premier film, Parabola, sorti en 2006, le réalisateur liégeois a sorti pas moins de quatre autres longs métrages souvent expérimentaux, portés par sa propre structure. Avec ce nouveau projet, il pourra s’appuyer sur Les Films du Carré (Etre), pour ce thriller qui s’annonce très noir. On devrait retrouver au casting le comédien Benjamin Ramon (Insoumise, L’Outsider, Etre). 

Wallimage soutiendra également le nouveau documentaire produit par Les Films de la Passerelle (producteur notamment du documentariste Thierry Michel). L’Enfance Déracinée d’Idris Gabel revient sur le sort terrifiant des enfants migrants. Le Fonds soutient enfin un 3ème projet 100% wallon, la série documentaire H.A.N. consacrée à la vie des Rangers dans le parc animalier de Han, produite par Agent Double, nouvelle société développée par le studio de post-production Dame Blanche.

Le film de genre de la session – c’est presque devenu une tradition! – est cette fois un film canadien, Dreamland, de Bruce McDonald, produit en Belgique par la toute nouvelle société de production Velvet Films.

Côté productions internationales, le Fonds soutient Plein la vue de Philippe Lyon, un film français, mais majoritairement produit en Belgique par Tarantula. On retrouve au générique du film Zacharie Chasseriaud, Ahmed Dramé et Isabelle Vitari. Le film a été tourné cet été dans les régions de Liège, Jemeppe-sur-Meuse et Verviers. Il suit le parcours de deux ados (trop?) turbulents qui après un énième passage devant le juge sont envoyés dans un institut pour aveugle pour purger leur peine de travaux d’intérêt général plutôt que de passer par la case prison. Ils découvrent ainsi l’univers du cécifoot. 

PleinLaVueTournage

Les Rivières Pourpres, une peu noir/ jaune/ rouge

Notons également le soutien à la série évènement Les Rivières Pourpres, presque intégralement tournée en Wallonie, avec en tête d’affiche la comédienne belge Erika Sainte, aux côtés d’Olivier Marchal. C’est Jean-Christophe Grangé lui-même qui a créé pour le petit écran d’une nouvelle adaptation de son roman Les Rivières Pourpres, déjà adapté au cinéma en 2000 par Mathieu Kassovitz.

Suite à l’affaire Guernon – traitée dans le roman et le film -, le capitaine Niemans est muté à l’OCCS, l’Office central contre les crimes de sang, une nouvelle unité s’occupant d’affaires complexes, dont les indices sont peu nombreux, et qui doivent être résolues le plus rapidement possible. Au cours d’une enquête, il retrouve Camille, l’une de ses meilleures élèves et sa fille spirituelle. Ensemble, ils vont former un duo de choc.

Rivieres Pourpres

Olivier Marchal incarne le capitaine Pierre Niemans, légende de la police française qui n’apprécie guère la hiérarchie et le protocole. Quant à Erika Sainte, elle incarne donc son homologue féminin, Camille Delauney, une policière aussi brillante qu’appliquée. Le tournage, d’une durée de 88 jours, pour huit épisodes, débuté à la fin de l’été et prévu jusqu’en décembre, se déroule depuis cet été à Bruxelles, Hastière, Charleroi, La Louvière, Lasne ou Eghezée. Les épisodes seront prêts à être diffusés sur France 2 l’été prochain.

Regardez aussi

Festival-Cinema-Belge-Nimes-Garrigue

5ème Festival du Cinéma Belge à Nîmes & en Garrigue

Cela ne vous aura peut-être pas échappé, c’est l’été, à tel point peut-être que vous …