Le 6 février, Cinevox crée à nouveau l’événement

Quand en 2011, un media orienté vers le grand public, uniquement dédié au cinéma belge, est apparu, beaucoup ont souri.

Pour certains, la démarche n’avait pas de sens, l’actualité ne justifiait pas cet effort, le public ne s’intéressait pas assez à notre cinéma pour permettre à Cinevox de se pérenniser…

 

Au fil des mois, le projet s’est développé, a mûri ; tous les partenaires actuels se sont peu à peu accordés sur l’intérêt de rendre les personnalités du cinéma belge plus accessibles, et se sont rangés derrière notre concept.

Quatre ans et demi plus tard, Cinevox a trouvé sa place dans le paysage médiatique avec une approche journalistique positive, éditorialisée, novatrice : il ne s’agit pas de suivre servilement l’actualité et les seuls communiqués de presse officiels, de surfer sur les succès internationaux mais de plonger dans un territoire jusque-là injustement sous-médiatisé pour porter la lumière sur ceux qui font notre cinéma. Quatre ans et demi plus tard, Cinevox a déjà réussi une partie de la mission qu’il s’était assignée en changeant la vision de beaucoup de spectateurs sur notre cinéma comme l’a récemment démontré une étude indépendante dont nous ignorions l’existence jusqu’à la publication des résultats.

 

 

  Photo Marie Adam-Leenaerdt

 

Depuis sa création, Cinevox a innové. Constamment.

 

Une capsule mensuelle dans les cinémas, un site internet updaté tous les jours, une page Facebook hyperactive, des avant-premières, un prix au Festival de Namur : jamais nous ne nous sommes reposé sur nos lauriers.

 

L’an dernier, le samedi 7 février pour être précis, Cinevox a, à nouveau, créé l’événement.

Pour la première fois, les cinéphiles belges ont pu vivre en direct sur grand écran dans des conditions très VIP, la cérémonie des Magritte du Cinéma mise en image avec virtuosité par les équipes de BeTV. Cerise sur le gâteau, cette soirée de remise de prix était suivie de la Première belge de Tous les chats sont gris.

Un défi ? Évidemment ! Mais couronné par un succès public : la soirée était sold out dès la veille de l’événement.
Le choix du film s’est aussi avéré pertinent puisqu’un an plus tard, le délicieux premier long métrage de Savina Dellicour se présente comme un des gros succès belges francophones de l’année et qu’il est en lice pour les Magritte du cinéma (annonce des nominations demain vers 13h).

 

 Photo Marie Adam-Leenaerdt

 

Après ce succès initial, pas question de laisser la belle initiative sans suite. Au contraire ! Ce samedi 6 février, Cinevox remet le couvert… et double la mise en organisant un deuxième événement à Mons, au cinéma Imagix, sans délaisser pour autant la magnifique salle du Grand Eldorado de l’UGC de Brouckère à Bruxelles.

 

Au menu, la diffusion intégrale de la 6e cérémonie des Magritte du cinéma conduite par Charlie Dupont. Histoire de se mettre dans l’ambiance et de comparer vos pronostics, la soirée commencera de façon fort conviviale autour d’une petite coupe de champagne. À l’issue de la retransmission de la cérémonie, une fois toutes les récompenses octroyées, les débats risquent d’être encore plus animés. Mais attention : à ce moment, la fête sera alors loin d’être terminée.

 

 

Vers 22h30, les spectateurs venus fêter notre cinéma avec Cinevox découvriront en effet, en avant-première, un des films événements de ce début d’année : Mirage d’amour, une histoire… d’amour, romanesque et érotique, dans des décors fabuleux.

 

Écrit par l’acteur et réalisateur français Bernard Giraudeau, le scénario nous entraîne en 1925 dans un village minier du Chili où la fille d’un coiffeur anarchiste tombe folle amoureuse d’un trompettiste. Elle est pianiste et improvise des mélodies pendant la projection de films muets. Elle n’a surtout jamais connu l’amour.

 

 

La belle Hirondelle est incarnée à l’écran par Marie Gillain qui sera cette année la Présidente de la 6e Cérémonie des Magritte du Cinéma. À ses côtés, on retrouvera le troublant Eduardo Paxeco, Jean-François Stévenin et le Belge Jan Hammenecker.

 

L’actrice belge, le réalisateur Hubert Toint et d’autres membres de l’équipe seront présents à Bruxelles pour présenter ce film mis en image par l’exceptionnel Carlo Varini (Le Grand Bleu), hélas décédé après le tournage.

 

Romance tragique et dépaysante, Mirage d’amour, produit par Saga Film sortira en Belgique le 10 février 2016… juste avant la St Valentin.

 

 

Résumons donc: accueil VIP et champagne à l’UGC de Brouckère et à Imagix Mons à partir de 19h, cérémonie des Magritte en direct dès 20h, petit break gastro et Première belge de Mirage d’amour vers 22h30. Tout cela pour le prix d’un unique ticket de cinéma, en vente sur les sites internet de l’UGC et d’Imagix, ainsi qu’aux guichets.

 

Elle est pas belge, la vie?

 

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

19h00   Accueil VIP à l’UGC DE BROUCKERE et à IMAGIX MONS

20h00    Cérémonie des Magritte en direct suivie de l’avant-première de Mirage d’amour.

 

Tickets en vente au prix de 12,00€  via

UGC : http://www.ugc.be/

Imagix : http://www.imagix.be/

Regardez aussi

« Une bosse dans le coeur », rêver d’amour

Avec Une bosse dans le coeur, Noé Reutenauer dresse le portrait d’un jeune homme en …