Home / News / A l'affiche / 1ère édition du Springboard Short Film Festival

1ère édition du Springboard Short Film Festival

Le Springboard Short Film Festival est un festival proposant aux jeunes cinéastes, en cours de formation dans une école de cinéma ou d’art belge, de mettre en valeur leur court-métrage afin d’avoir une portée publique, ainsi que de rencontrer des professionnels du milieu cinématographique.

Le SSFF se déroulera pour sa première édition du 14 au 16 mars 2019 sur le campus de l’ULB.

Une compétition, des projections, ainsi que des masterclass seront proposées durant les trois jours de festival et l’entrée est GRATUITE.

Notons au programme la masterclass « De la production des films de genre en Belgique » délivrée par la productrice Eve Commenge (Laissez bronzer les cadavres) le vendredi 15 mars de 16 à 18h. Le film de genre, un type d’œuvre qui a toujours du mal à se faire reconnaître comme tel. La production s’en trouve souvent compliquée, que ce soit lié aux risques financiers ou aux controverses qui entourent parfois le sujet. Mais en Belgique, la saga du cinéma de genre a connu un rebondissement surprenant en 2010, grâce à un film tirant ses inspirations dans le giallo : Amer. On y retrouve une approche assez contemporaine du genre, tout en restant assez fidèle à son style visuel et narratif particulier. C’est ici autour de ce film d’Hélène Cattet et Bruno Forzani ainsi que de son impact sur l’approche de la production des films de genre en Belgique que se concentrera la Masterclass d’Ève Commenge donnée dans le cadre du Springboard Short Film Festival.

La Masterclass se conclura par une séance de questions/réponses avec la productrice.

Ève Commenge dirige la maison de production belge Anonymes Films, à l’origine de films tels que Amer, Laissez bronzer les cadavres ou encore L’étrange couleur des larmes de ton corps. Elle sera accompagnée par Laurent Vanclaire, assistant et doctorant en cinéma à l’Université Libre de Bruxelles.

Plus d’infos sur la page Facebook du Festival.

Regardez aussi

« Victor »: gagner son indépendance en perdant son autonomie

« Tu reste un martien pour les autres… » Victor a 17ans. Peu à peu, il perd …