Home / News / Evenements / 50/50: clap de fin!

50/50: clap de fin!

Hier soir avait donc lieu la dernière projection exceptionnelle organisée dans le cadre de l’opération 50/50, et quelle projection! Le public a pu découvrir dans le flambant neuf Palace du boulevard Anspach une copie restaurée du film culte de Jaco Van Dormael, Toto le héros

Le public a une dernière fois répondu présent pour découvrir la magnifique version restaurée du premier film de Jaco Van Dormael, qui était accompagné d’une grande partie de son équipe venue prendre part à la fête. « Ce film, comme mes autres films finalement, raconte l’histoire d’un homme qui perd sa vie à trop essayer d’en faire une histoire ». Entre les témoignages de la monteuse Susana Rossberg, de Sandrine Blancke, petite Alice devenue grande, du chef opérateur Walter Vanden Ende, et les archives sélectionnées par la Sonuma, l’ambiance fleurait bon la nostalgie. « Jaco, c’est un dégoupilleur d’émotions, il fait du cinéma subversif tout en douceur » confie Daniel Auteuil au JT. Et on peut dire que l’émotion était au rendez-vous, et le film toujours aussi moderne, presque 30 ans après sa création.

On reviendra la semaine prochaine avec Jaco Van Dormael sur cette séance si particulière, l’occasion aussi de souligner la nécessité de conserver le cinéma. La Ministre Alda Gréoli a d’ailleurs annoncé la décision de la Fédération Wallonie-Bruxelles de soutenir la Cinémathèque royale (Cinematek) pour la restauration et la numérisation de 10 films belges supplémentaires chaque année pendant deux ans.

Pour rappel, à l’occasion des 50 ans d’aide à la création cinématographique en Fédération Wallonie-Bruxelles, le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel lançait en juin dernier avec la projection des Barons de Nabil Ben Yadir à Flagey l’opération “50/50 : Cinquante ans de cinéma belge, Cinquante ans de découvertes” et mettait à l’honneur 50 films parmi ceux ayant marqué l’histoire du cinéma belge francophone. Ces 50 films sélectionnés par le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel pour leur représentativité et leur place dans la filmographie belge francophone ont tous été proposés au public lors de séances exceptionnelles organisées à Bruxelles, mais aussi partout dans le pays. Ces projections ont permis de (re)découvrir ces jalons de l’histoire du cinéma belge, en présence des équipes de films.

En quelques chiffres, 50/50 c’est:

  • 50 films: 20 longs, 15 courts, 15 documentaires, soit 39 projections.
  • Plus de 5000 spectateurs
  • Un défilé de personnalités: Jaco Van Dormael, Bouli Lanners, Nabil Ben Yadir, les frères Dardenne et Cécile de France, Thomas Doret, Fabrizio Rongione et Arta Dobroshi, Marion Hänsel et Jane Birkin, Aurore Clément, Frédéric Fonteyne et Sergi Lopez, Benoît mariage et Benoît Poelvoorde, Joachim Lafosse, Fabrice du Welz, José Van Dam et Gérard Corbiau…
  • Une soirée exceptionnelle pour fêter les 25 ans de C’est arrivé près de chez vous
  • Plus de 80 films diffusés sur la RTBF.
  • 17 longs et 14 courts métrages sur TV5 Monde.
  • 15 films proposés gratuitement à l’occasion du Festival du Cinéma belge francophone en ligne
  • 11 festivals partenaires
  • 8 salles partenaires en plus de Bozar, Flagey et la Cinematek.
  • Une exposition consacrée aux portraits de personnalités du cinéma belge francophone photographiées par Jean-Michel Vlaeminckx
  • Un focus de la Sonuma
  • 12 Cadavres exquis avec 12 jeunes comédiens et comédiennes et 8 jeunes cinéastes primés ou nommés aux Magritte.

Ces rendez-vous réguliers tout au long de l’année ont su susciter votre intérêt, et vous êtes d’ailleurs nombreux à avoir participé à nos différents concours, et à pouvoir parfaire votre culture cinématographique belge grâce à ce fructueux partenariats. Ce coup d’oeil dans le rétroviseur a également permis de faire émerger des questionnements sur l’avenir, notamment avec la création en juin dernier de l’associations de réalisatrices Elles Font des films, qui visent entre autres choses à oeuvrer pour une meilleure représentation des femmes du cinéma belge à l’avenir, ou encore la prise de parole récente de l’UPFF pour demander un refinancement de la Commission de Sélection des Films.

Cet évènement d’envergure a permis au public belge de redécouvrir des trésors parfois méconnus de son patrimoine et de mettre sous les feux des projecteurs les talents innombrables et tellement variés de notre cinématographie. Que les 50 prochaines années soient aussi riches et inspirantes!

 

Regardez aussi

LaFemmeLaPlusAssassineeDuMonde4

« La Femme la plus assassinée du monde », une première en Belgique

La Femme la plus assassinée du monde de Franck Ribière revient pour la première fois …