Home / News / A l'affiche / Au programme des Enfants Terribles ce week-end…

Au programme des Enfants Terribles ce week-end…

Le festival Les Enfants terribles fêtera envers et contre tout le jeune cinéma européen du 22 au 25 octobre au Centre culturel de Huy. 

On imagine la frustration des organisateur·rices d’évènements en cette période qui n’est pas le confinement mais y ressemble, qui tentent coûte que coûte de maintenir le lien indispensable que la culture crée entre les gens, et doivent constamment revoir leur copie pour adapter et repenser ce qu’ielles espèrent rester une fête malgré tout, conscient·es qu’aller au cinéma, à plusieurs, est plus que jamais une nécessité pour soigner les âmes et affuter les pensées.

C’était assurément le cas des équipes du Festival de Namur ou du Festival de Gand, qui ont récemment oeuvré pour que la fête reste belle et que les rencontres existent, on pense aussi au Festival International du Film de Comédie de Liège qui aura lieu du 6 au 10 novembre, ou encore au Festival Millenium qui a lieu en ce moment, et c’est certainement le cas des responsables des Enfants Terribles, qui ont dû mettre sur pied, entre deux conseils nationaux de sécurité, une version adaptée de leur festival.

Il n’y aura donc pas de compétition au programme, mais toujours des projections de films, courts et longs, inédits dans la région et qui donnent le pouls de la jeune création cinématographique européenne. 

Seront également organisées des séances et animations à destination des écoles, une journée des familles, un workshop autour de la création d’affiches, une rencontre avec la photographe Katherine Longly… et un espace convivial situé à l’Atelier Rock, à quelques dizaines de mètres à peine du Centre culturel de Huy.

L’occasion donc de retrouver à Huy le très beau documentaire de Paloma Sermon-Daï, Petit Samedi, Bayard d’Or du dernier Festival International du Film Francophone  de Namur, précédé du court métrage Et Arnaud de Thomas Damas, des courts métrages bien sûr, mais aussi Nuestras Madres, le premier long du réalisateur belgo-guatelmatèque Cesar Diáz, Caméra d’or lors du dernier Festival de Cannes.

L’intégralité du programme est disponible ici.

Regardez aussi

Profession du père: « Parolier »

Avec Parolier, Rachel Marino livre le portrait tendre et intime de son père, poète au …