Home / News / En bref / Le Boost Camp: c’est parti pour la 1ère session de travail

Le Boost Camp: c’est parti pour la 1ère session de travail

Mais c’est quoi le Boost Camp? Il s’agit d’un programme qui a pour but d’accélérer le développement des projets de films ou de séries d’initiative féminine et de permettre aux réalisatrices de renforcer leur network. Il est né fin 2016 à l’initative de Diana Elbaum, fondatrice de la société de production Entre Chien et Loup (Faut pas lui dire, ), qui a réuni autour d’elle a réuni une équipe choc de jeunes productrices (dont Annabella Nezri de Kwassa Films et Isabel De la Serna de Playtime Films) pour mener à bien ce projet.

 

 

Le Boost Camp s’articule autour du développement de quatre longs métrages et/ou séries de fiction, afin qu’ils soient prêts à entrer dans la phase de financement au terme de l’année passée au Boost Camp. Sur une période d’un an, le travail de développement est fractionné en trois sessions d’une semaine en collaboration avec Le Groupe Ouest, reconnu internationalement pour son expérience et ses méthodes dans l’accompagnement d’auteurs et de développement de scénario. C’est donc cette première session de travail, qui vient d’être lancée en ce début de semaine.

Au terme de leur année de travail en février prochain, les réalisatrices auront l’occasion de présenter leur projet devant un panel de professionnels et décisionnaires (producteurs et distributeurs et/ou diffuseurs). Des Boost Camp Awards seront distribués aux quatre réalisatrices portant tant sur le développement que sur la production de leur projet de films et ce, pour un montant total de 2 millions d’euros.

 

Ce sont donc 4 réalisatrices belges qui ont été sélectionnées suite à l’appel à candidatures lancé fin 2016.

 

Rose Denis, née près d’Arlon, cultive très tôt son goût pour le jeu. A 14 ans, elle écrit et réalise son premier court métrage dans lequel elle joue. A Paris, elle intègre le cursus pluridisciplinaire d’Acting International, puis l’Actors Factory. Elle se forme à la réalisation en 2014 et tourne son premier court, L’Appel du Caribou. Elle écrit plusieurs scénarios de courts et longs métrages (Et si les murs pouvaient parler, Je le peux, La Maison de poupée…), ainsi qu’une pièce de théâtre (Meurtres à Cripple Creek) qui reçoit en 2016 le P’tit Molière Meilleur spectacle d’humour à Paris. Fin 2016, elle reçoit la Bourse coup de Foudre SACD pour un projet théâtral en cours de création à Bruxelles. La Petite Fille à la Pomme sera son premier long métrage.

 

Eve Duchemin, née à Paris en 1979, fait ses études supérieures en Belgique à l’INSAS (Institut National Supérieur des Arts du Spectacle) en section Mise en Scène Théâtre puis en section Image.Depuis plus de 12 ans, elle réalise des portraits documentaires dont elle signe aussi l’image, basés sur des rencontres fortes, primés et salués par de nombreux festivals (En Bataille, portrait d’une directrice de prison, vient de recevoir le Magritte du Meilleur Documentaire). Parallèlement, elle s’intéresse à « faire jouer » ses rencontres documentaires au sein d’un jeu de plus en plus fictionnel, comme dans son premier court métrage de fiction Sac de Nœuds, ce qu’elle espère poursuivre à travers son nouveau projet de long métrage La Vie Mécanique.

 

Après des études de montage-scripte à l’IAD, Sandra Fassio a travaillé comme monteuse et scripte sur différents projets de fictions, de documentaires et pour différentes émissions de télévision. Elle réalise son premier court métrage, I Rafi en 2011, qui parle de la dictature grecque. Son deuxième court est un film noir qui a pour thème le Kanun, un code d’honneur albanais. Elle développe donc au Boost Camp son premier long métrage, Lidjhet.

 

Zoé Wittock, belge d’origine, entre à 17 ans à l’EICAR (Ecole internationale de film de Paris). En 2008, elle est sélectionnée au Talent Campus (Berlinale), et entre au conservatoire de l’American Film Institute à Los Angeles, où elle reçoit une bourse d’excellence pour ses réalisations. En 2013, elle s’installe entre Paris et Bruxelles. Elle réalise un court métrage, A Demi-mot, diffusé depuis lors sur OCS (France) et Netflix. Outre les quelques autres formats courts réalisés, un scénario de long développé avec Gaumont et son travail de consultante en scénario, elle est actuellement occupée à l’écriture de nouveaux longs métrages dont Blasphème, co-écrit avec Anne-Isabelle Tollet.

 

On espère donc découvrir dans les années qui viennent ces longs métrages prometteurs dans nos salles obscures…

 

Regardez aussi

CharteEllesFontDesFilms

Le FIFF signe la charte « Elles font des films »

Ce mardi 2 octobre, Elles font des films, le Collectif de plus de 180 réalisatrices …