Et le Magritte d’Honneur revient à … Vincent Lindon

Il fait partie de ces comédiens d’exception donnant à chacun de ses rôles cette note unique qui les rend inoubliables.

Acteur engagé, homme attachant, Vincent Lindon a déjà vécu mille vies.

Flic, maître-nageur, chômeur, chauffeur routier, professeur… Avec plus de 30 ans de carrière et une soixantaine de films à son actif, Vincent Lindon est un acteur intense et passionné, un comédien fidèle à ses réalisateurs fétiches : Pierre Jolivet, Philippe Lioret, Coline Serreau, Claire Denis, Benoît Jacquot et Stéphane Brizé.

 

C’est aussi un homme à fleur de peau que le cinéma a révélé dès ses débuts en 1985. Touchant dans L’étudiante, inoubliable dans La crise, impliqué dans Welcome, Quelques heures de printemps, La moustache, Pater, habité dans Les chevaliers blancs du réalisateur belge Joachim Lafosse ou encore ému aux larmes, en mal dernier, lorsqu’il monte sur la scène du Palais des Festivals à Cannes pour recevoir son premier prix d’interprétation masculine pour La loi du marché de Stéphane Brizé.

 

 

 

« C’est la première fois que je reçois un prix dans ma vie » commence-t-il son discours de remerciement. Une chose est sûre, ce n’était pas la dernière puisque l’Académie André Delvaux a décidé de remettre cette année le Magritte d’Honneur à cet acteur français, unique, certainement un des plus emblématiques du cinéma contemporain.

 

L’an dernier, c’est Pierre Richard qui avait reçu ce prix honorifique, succédant à André Delvaux, mais aussi à Costa-Gavras, Emir Kusturica et Nathalie Baye.

Regardez aussi

Ca va trembler belge au BIFFF

Le Brussels International Fantastic Film Festival vient d’annoncer son programme pour sa 40e édition, qui …