L’autre cinéma belge
Preview 2011/2012 [2/6]

Nic Balthazar et Didier Volckaert ont des trajectoires fort différentes et pourtant on ne peut s’empêcher de penser que leurs héros, Ben (Ben X) et San (Quixote’s Island), ne sont pas très éloignés l’un de l’autre. Chacun vit dans son monde imaginaire, un univers dans lequel il peut oublier un quotidien bien trop gris. Même leur physionomie est assez identique.

Pour leurs premiers pas de fiction, les deux réalisateurs ont aussi parié sur une formidable inventivité visuelle et un cadre sonore résolument rock et moderne. Quixote’s ISland, qui sort dans deux mois suivra-t-il les magnifiques traces de Ben X, qui enflamma les salles flamandes voici quelques années? C’est tout le mal qu’on peut lui souhaiter. De son côté, Nic, peaufine le montage de son deuxième long métrage, le très attendu Tot Altijd qui s’annonce déjà comme un des grands événements cinématographiques de… 2012. Et pas qu’en Flandre.

Tot Altijd et Quixote’s island sont donc les deux films que nous avons épinglés pour ce deuxième épisode des previews que nous consacrons à « l’autre cinéma belge », qui nous régale  et nous enchante.

 

Tot Altijd (A tout jamais)


Quatre amis, jeunes et dingues, révolutionnaires. Thomas va devenir médecin, Lynn caissière ballottée dans des aventures sentimentales sans lendemain, Speck philosophe. Mario se marie, a un fils, divorce et s’aperçoit qu’il souffre de sclérose en plaques. Chaque jour son état se détériore. Le jeune homme devenu adulte, mais qui a gardé toutes ses convictions progressistes se lance alors dans une lutte politique pour que soit reconnu en Belgique le droit à l’euthanasie.

 

« Tot Altijd« , n’est que deuxième long métrage de Nic Balthazar, mais c’est déjà un événement considérable. Il faut dire que notre homme est ce qu’il est convenu d’appeler un BV, Bekende Vlaming. Le concept ne nous est pas familier, mais Nic est une célébrité au nord du pays depuis des années. Il se fit connaître à la télévision avant d’écrire un roman qui devint une pièce de théâtre puis un film : Ben X. Qu’il réalisa lui-même. Oui, l’homme a de la suite dans les idées. Et sa déclinaison sur trois médias d’un même récit est une initiative plutôt singulière. Forcément jusqu’au-boutiste. D’autant que cet électro-choc qui traite du calvaire d’un ado autiste est visuellement inventif, fascinant et bouleversant.

 

Alors qu’on évoque toujours la possibilité d’un remake américain de ce formidable coup d’essai, Nic s’est lancé dans une autre aventure qui promet de nous remuer à nouveau les tripes.  Mais si on nage indubitablement dans le drame, Tot Altijd est d’abord une histoire d’amitié hors norme contée avec pudeur et passion.

Le tournage est terminé, Nic participe actuellement avec Philippe Ravoet au montage de ce long métrage très attendu qu’on imagine bien à Berlin début 2012. Et pas pour y faire de la figuration

Tot Altijd était la vedette du Witte doek de Cinevox NL dès le mois de juin. On peut aussi découvrir  sur le site les interviews des acteurs Koen de Grave et Iewen Segers : c’est ici.

 

Quixote’s ISland

 

« Je dois avouer que je suis tombé amoureux du cinéma en voyant E.T. ».

Quand il raconte ce souvenir à Cinevox, Didier Volckaert, réalisateur de Quixote’s Island a encore les yeux qui brillent. « C’était en 1982, au tout nouveau Decascoop de Gand. Et, oui, je suis tombé sous le charme de ce média. C’était si différent de la télévision : ce grand écran et tous ces gens, captivés par une simple poupée en plastique avec un pouce géant. Immédiatement, je fus conquis. Depuis ce jour-là, j’ai toujours su que je voulais faire un film. J’avais onze ans. Et j’ai dû attendre de très longues années avant de réaliser mon rêve. »

Son rêve, il le tient, Didier. Et peu de gens peuvent en dire autant. Son projet est une variation osée et novatrice sur le thème de Don Quichotte. Pour l’épauler dans son odyssée, il put compter sur Viviane Vanfleteren:   Quixote’s Island est un nouveau pari pour Vivi Films qui s’était jusqu’ici fait un nom dans le documentaire télé et l’animation avec des participations remarquées à Brendan, The Secret of Kells et surtout aux Triplettes de Belleville. Le pari est d’autant plus risqué sans doute que Didier Volckaert abordait ici, pour la première fois, le long métrage de fiction. Pour avoir rencontré le duo dès les prémices du film, alors que s’annonçait seulement le tournage, on peut dire que le réalisateur, même néophyte ne semblait douter de rien, qu’il était habité par sa vision unique et savait qu’il irait jusqu’au bout.

 

« Je n’arrive pas sans expérience. Entre-temps, je ne suis pas resté tranquille », précise-t-il. « J’ai réalisé quelques documentaires, des installations. Je n’ai jamais perdu de vue mon ambition.  D’ailleurs, pour moi, il y  a peu de différence entre la fiction et le documentaire. Mais le film de fiction a toujours été mon but. Pas pour la gloire, ni pour l’argent, mais pour le contexte: pour le fait que des gens soient assis dans une grande salle, devant un grand écran. Tout cet aspect romantique lié au cinéma, en fait. »

L’histoire? Celle de San, ado renfermé et légèrement out of this world qui vit seul avec un père très occupé. C’est la rentrée scolaire et il débarque dans une nouvelle école. Là, il tombe sous le charme d’Isabelle vaguement dealer, plutôt gothique, et prostituée à ses heures. De prime abord, leurs univers sont totalement inconciliables. Pour combler sa solitude, San vit avec un personnage imaginaire, Quichote, incarnation potentielle du père idéal. Et il rêve d’îles désertes. Flanqué de son compagnon imaginaire, il se lance alors dans une cavale fabuleuse qui va le mener vers l’âge adulte. Mais les ennuis le guettent. Et Isabelle n’y sera pas pour rien.

San porte ce film et pourtant, autre pari, l’acteur principal, Tiemen Van Haver, est lui aussi un débutant. Mais d’après les premiers échos que nous avons recueillis, il s’en est parfaitement sorti. À ses côtés, on retrouve Eline Kuppens (Linkeroever) et Jeroen Willems (Stellenbosch)

Quixote’s Island sera présenté en grandes pompes au festival d’Ostende et il sortira dans les salles dès le mois de septembre. Pour les plus curieux d’entre vous, le versant flamand de Cinevox propose une interview du réalisateur que vous pouvez lire et regarder ici.

 

[Les photos de l’équipe de Tot Altijd ont été prises par P.P. lors de la présentation du projet à Gand en avril dernier en présence du casting. Les photos de tournage de Quixote’s Island sont visibles sur la page Facebook du film. Elles sont signées Nyk Dekeyser]

 

 

Regardez aussi

« Krump », ô rires, ô désespoir!

Avec son premier long métrage, Krump, Cédric Bourgeois livre une comédie noir foncé, sur la …