Home / News / Evenements / « La Femme la plus assassinée du monde », une première en Belgique

« La Femme la plus assassinée du monde », une première en Belgique

La Femme la plus assassinée du monde de Franck Ribière revient pour la première fois sur le destin extraordinaire de Paula Maxa, star du théâtre Grand Guignol. Mais La Femme la plus assassinée du monde est aussi la première production belge Netflix!

Paula Maxa est morte un nombre incalculable de fois. Démembrée, étranglée, étouffée, asphyxiée, décapitée, électrocutée, écartelée. On ne compte plus les sévices subis par son corps martyrisé pour le bon plaisir d’un public avide de sensations fortes, d’hémoglobine giclante et de  cavités oculaires béantes. Si Paula a eu le loisir de mourir aussi souvent. C’est qu’elle comédienne. Et même tragi-comédienne. Elle est la star incontestable du cultissime théâtre du Grand Guignol, objet de convoitise et de sadisme, d’admiration et d’obsession mortelle.

Le Grand Guignol, c’est ce théâtre parisien situé au fond d’une impasse, dans une ancienne chapelle, qui réunit toutes sortes de public pour rire et frissonner devant des pièces volontairement outrées et sanguinolentes où la belle société vient s’encanailler et frémir de plaisir.

Dans un Paris aux accents victoriens, une femme marche seule, la nuit. Au bruit de ses talons sur les pavés fait écho un boitement métallique, de plus en plus proche. Soudain, une lame. Un motif classique de fiction, finalement, qui évoque Jack l’Eventreur ou encore L’Aliéniste. On est au début du XXe siècle. Bien que le théâtre ne désemplisse pas, celui-ci fait scandale, et doit braver régulièrement les foudres de la censure. « Mon théâtre est un remède, pas un mal, » répond son directeur quand on lui reproche d’entretenir la soif de violence de son public. Car le mal couve, et la violence simulée sur scène pourrait bien déborder dans la vraie vie… Quelqu’un en veut à Paula. A l’aube du cinéma parlant, le théâtre est plus que jamais menacé.

La Femme la plus assassinée du monde est une première en Belgique.  Non pas parce qu’il s’agit d’un film de genre flamboyant (un objet rare dans ces contrées, mais que l’on croise régulièrement avec plaisir), mais bien parce qu’il s’agit de la première production Netflix belge. Netflix, comme les nouveaux rois du petit écran? Exactement. Alors qu’Alfonso Cuaron, champion du box office cinématographique, décrochait ce week-end à Venise le Grand Prix pour son film Roma produit par le géant du streaming américain, damant ainsi le pion au Festival de Cannes qui refuse d’accueillir au sein de sa sélection les films estampillés Netflix, alors que la France, qui s’est toujours retranchée derrière la profession, est en train d’envisager de revoir les règles très contraignantes de la chronologie des médias qui constituent un obstacle majeur à la diffusion en salle des films Netflix, le producteur et diffuseur de flux attaque à son rythme les marchés européens pour proposer des productions locales, réalisées et financées sur place.

C’est donc le cas de La Femme… financé, pour moitié par Netflix, et porté en Belgique par Fontana, qui a levé des fonds en Tax Shelter, et a reçu le soutien de Wallimage. Le film, en grand partie tourné à Liège, affiche pas mal de comédiens belges. Si les rôles principaux sont tenus par Anna Mouglalis, Niels Schneider, André Wilms et Michel Fau, on retrouve à leurs côtés le comédien belge Jean-Michel Balthazar dans le rôle de Paul, accessoiriste et fidèle complice de Paula. On croise également Eric Godon, Pierre Nisse, Jean-Jacques Rausin, Renaud Rutten, Christian Crahay…

La reconstitution soignée, des décors et des costumes bien sûr, mais peut-être surtout des effets spéciaux dont usait et abusait le Grand Guignol, et la bande originale envoûtante composée par Keren Ann contribuent à faire le La Femme… une biographie forcément romanesque et accrocheuse dédiée à une figure féminine fascinante du vingtième siècle.

Après avoir été dévoilé il y a quelques mois au BIFF, le film est donc disponible depuis ce vendredi sur la plateforme de streaming Netflix Belgium et surtout Netflix monde, auprès de ses plus de 110 millions d’abonnés…

Regardez aussi

Magritte 2019: les courts métrages pré-sélectionnés

Ca y’est, on connaît les courts métrages pré-sélectionnés pour la 9e édition des Magritte du …