Lanners et Du Welz à Toronto!

Les nouveaux films de Bouli Lanners et Fabrice Du Welz seront présentés en avant-première mondiale au prestigieux Festival de Toronto en septembre prochain.

Nobody Has to Know, le nouveau film de Bouli Lanners, écrit par le réalisateur, et co-réalisé avec le cinéaste Flamand Tim Mielants qui l’avait dirigé dans De Patrick, offre une nouvelle direction à l’oeuvre du cinéaste wallon, puisqu’il s’agit, une fois n’est pas coutume, d’une histoire d’amour, en anglais, entièrement tournée dans le cadre somptueux des îles de Lewis & Harris en Ecosse. On sait comment Bouli Lanners, peintre de formation, a su sublimer les paysages wallons dans ses premiers films, ainsi que ceux de la Beauce dans Les Premiers les derniers. Autant dire que l’on attend beaucoup de cette escapade écossaise.

Nobody-Has-To-Know-Bouli-Lanners2
Michelle Fairley dans « Nobody Has To Know » (crédit: Brian Sweeney Photography)

Au casting, on retrouve le cinéaste et comédien dans le rôle principal, accompagné de Michelle Fairley (vue dans Game of Thrones). Le pitch? Phil, un homme d’âge mur, vit dans une petite communauté presbytérienne sur l’Île de Lewis, au nord de l’Ecosse. Une nuit, il est victime d’une attaque qui lui provoque une perte de mémoire. Millie, une presbytérienne qui s’occupe de lui, prétend alors qu’ils s’aimaient en secret avant son accident…

Le film, produit par Versus, prendra part à la section Contemporary World Cinema, et devrait sortir dans les salles belges fin 2021, annonce son distributeur O’Brother. Une fois encore, can’t wait!

Nobody-Has-To-Know-Bouli-Lanners3
« Nobody Has To Know » (crédit: Brian Sweeney Photography)

Autre avant-première de choix à Toronto, celle d’Inexorable, le nouveau film de Fabrice du Welz, avec Benoît Poelvoorde dans le rôle principal, une rencontre au sommet initiée dans Adoration où le comédien avait un rôle bref mais ô combien intense. Poelvoorde y incarne Marcel Bellmer, un écrivain qui ne trouve plus l’inspiration depuis son premier roman à succès. Il emménage avec sa femme, l’éditrice Jeanne Drahi, et leur fille, dans l’immense demeure familiale dont ils viennent d’hériter. Mais une étrange jeune fille, Gloria, va s’immiscer dans la vie de la famille et déclencher une série d’événements inexorables…

A ses côtés, on retrouve donc la magnétique Alba Gaia Bellugi, vue notamment dans 3x Manon, Into the Night ou Le Bureau des Légendes, mais aussi Mélanie Doutey (déjà impressionnante dans un autre film belge, Post Partum de Delphine Noels) et la jeune Janaïna Halloy.

Janaïna Halloy et Benoît Poelvoorde

Souvenez-vous, nous faisions un saut l’été dernier sur le tournage de ce thriller qui s’annonce haletant (voir notre article). Le film, produit par Frakas, sera dévoilé lors d’une Special Presentation. On espère le découvrir en Belgique à l’automne, pourquoi pas lors d’un Festival (Namur, Gand?), et bien sûr en salle!

Le Festival de Toronto représente une belle opportunité, ouvrant les films au marché nord-américain, et parfois même des possibilités de carrières internationales pour les cinéastes, comme ce fut le cas notamment pour Adil El Arbi et Bilall Fallah, découverts au Canada avec Black, ou pour Olivier Masset-Depasse qui y présentait Duelles, dont il prépare actuellement le remake américain avec Jessica Chastain et Anne Hathaway. Fabrice du Welz y a d’ailleurs présenté en 2016 son film américain, Message from the King, avec le regretté Chadwick Boseman.

 

Regardez aussi

« Lucie perd son cheval »: actrice en quête

To be or not to be une actrice? Claude Schmitz propose avec Lucie perd son …