« Le Divorce de mes marrants », docupop

Programmé dès ce 19 mai par le Festival du film documentaire Millenium, Le Divorce de mes marrants, de Romy Trajman, co-signé avec Anaïs Straumann-Levy, est un premier film intime et surprenant, carnet de bord filmé d’une enquête familiale aux frontières du non-dit, et au-delà des genres. Pourquoi ses parents n’ont pas pu faire famille, quelles sont leurs failles, d’où viennent leurs silences? Et comment déconstruire pour mieux se construire?

Romy, 21 ans, vit une histoire d’amour filiale fusionnelle avec sa mère, avec laquelle elle partage tout ou presque, à commencer par leur métier et leur passion. Elles ont créé une boîte de production, avec laquelle elles mènent plusieurs projets musicaux et audiovisuels, qui traitent pour la plupart de leur particularité, la spécificité des familles monoparentales. Son amour et sa fidélité sont sans faille. A moins que?

Car Romy, en pleine crise existentielle, s’interroge. Elle n’a pas vu son père ni sa famille paternelle depuis le divorce il y a 15 ans, et pour son père, elle est toujours Sarah, la petite fille qui porte un prénom dont elle s’est délestée. Mais comment se construire sans réconcilier ces deux identités? Sans comprendre comment et pourquoi ses parents ne font plus famille? Or, si elle connaît le point de vue de sa mère, il lui manque toute une partie de l’histoire: celle de son père.

Elle décide donc de le retrouver à Bruxelles, accompagnée d’une amie caméraman, pour enquêter sur la séparation, et briser le cycle infernal de la silenciation, celle des douleurs, des souffrances, des violences et des traumatismes. Et comprendre comment le divorce de ses parents, lié notamment à la bipolarité de son père, trouve ses racines bien en amont, dans une histoire familiale marquée par la Shoah et la maladie mentale.

divorce_marrants

Pour trouver sa propre voie, Romy use de sa voix, et va remonter le cours de son histoire en chansons. Et pour mieux entendre ses parents, elle en fait les personnages de son film enquête, leur offrant une nouvelle épaisseur, plongeant de plein pied dans leur complexité.

Le Divorce de mes marrants casse les codes, empruntant le chemin de l’enquête familiale documentaire pour la dynamiter à coup de clips musicaux pop et colorés, adoptant la fantaisie de ses parents, épousant leur goût de la folie, s’affranchissant de la normalité.

Le film est bien dans l’air d’un temps où la parole se libère, où le silence apparaît comme l’ultime violence, celle qui tait et entérine les souffrances, pour empêcher d’aller de l’avant.

divorce-marrants

Ici, le film est un exorcisme, qui tout en levant le voile sur la profondeur d’une histoire familiale traversée par la grande et les petites histoires, met en scène sa propre résolution, avec l’acceptation finale de l’irréconciliable, ce couple qui ne peut plus s’aimer, et qui choisit de célébrer, dans l’allégresse, cette séparation enfin racontée.

Le film est à découvrir du 19 au 30 mai sur Sooner, dans le cadre du Festival Millenium.

 

 

Regardez aussi

Mon-Legionnaire-Rachel-Lang

« Mon Légionnaire », d’amour et de guerre

Rachel Lang offre avec Mon Légionnaire, son deuxième long métrage présenté, une plongée troublante et …