Home / News / Evenements / « Le Jeune Ahmed » et « Nuestras Madres » au Palmarès de Cannes!

« Le Jeune Ahmed » et « Nuestras Madres » au Palmarès de Cannes!

Cannes 2019, quelle édition pour le cinéma belge! Après Girl en 2019, la Caméra d’Or revient à nouveau à une production belge, Nuestras madres de César Diaz, un film produit par Need Productions. Une récompense magnifique pour ce film fort et bouleversant sur les stigmates de la guerre civile au Guatemala, oeuvre de cinéma et de mémoire. Les Dardenne quant à eux poursuivent leur impressionnant parcours en remportant un 7e prix en Sélection Officielle à Cannes pour Le Jeune Ahmed.

Caméra d’or pour Cesar Diaz

« Pour sa force, son humilité, et sa dignité ». Les mots de Rithy Panh, président du Jury, Jury qui a désigné à l’unanimité Nuestras Madres parmi les 26 films an compétition!

Guatemala, de nos jours. Ernesto, jeune anthropologue à la Fondation médico-légale, travaille à l’identification des disparus de la guerre civile, et oeuvre pour rendre une dignité aux morts en leur offrant une sépulture, et permettre le processus de deuil indispensable de toute une nation. Lui-même est porteur d’une quête, celle de son père qu’il n’a pas connu, guérillero disparu pendant le conflit. Avec Nuestras Madres, César Diaz dresse à travers le portrait de son héros Ernesto et de son entourage, le portrait d’une résilience collective, celle des victimes de la dictature militaire guatémaltèque.

Le film avait déjà remporté en fin de semaine le Prix SACD dans le cadre de la compétition de la Semaine de la Critique, ainsi que le Rail d’or.

7e prix pour les Dardenne!

Et que dire de l’incroyable parcours des frères Dardenne! 8e sélection en compétition dans le cadre de la Sélection Officielle, et 7e prix, celui de la Mise en scène!

« Nous avons voulu faire une ode à la vie », affirme avec émotion sur scène Luc Dardenne.

Avec Le Jeune Ahmed, les frères Dardenne reviennent à l’ADN de leur cinéma, le portrait complexe, aussi pudique que direct d’une jeune âme tourmentée, prête à tout pour accomplir sa quête. Un enfant pris dans le tourbillon de la radicalisation religieuse. S’attaquant de front à un sujet follement complexe voire périlleux, la radicalisation islamiste, les Dardenne le passe au filtre de leur cinéma, un cinéma direct empli d’humanisme, pudique, mais sans concession. Le jury ne s’y est pas trompé.

Atlantique et Les Misérables

Enfin, on relèvera le Prix du Jury attribué au film Les Misérables de Ladj Ny, co-écrit par Giordano Gederlini, également co-auteur de Tueurs de François Troukens et Jean-François Hensgens, et qui prépare son premier long métrage, qu’il tournera début 2020 avec Frakas Production. Le Grand Prix a quant à lui été attribué à Atlantique, premier long métrage de Mati Diop, coproduit en Belgique par Frakas Production, qui a décidément le vent en poupe! En effet, la société a également coproduit Vivarium de Lorcan Finnegan, Prix de la Fondation Gan à la Semaine de la Critique.

A LIRE AUSSI

Les vertiges du Jeune Ahmed

Jean-Pierre et Luc Dardenne: une petite histoire qui résonne universellement

Nuestras madres, la résilience des mères

Cesar Diaz: ce sont les femmes et les mères qui tiennent le pays

#InstaCannes: Jean-Yves Roubin (Frakas Production)

 

Regardez aussi

Les films et les talents belges du 46e Festival de Gand

Après avoir dévoilé quelques titre depuis la rentrée, le Festival de Gand vient d’annoncer l’intégralité …