Les Frères Dardenne et Lukas Dhont à Cannes

Ce sont donc deux films belges que l’on retrouve en Compétition pour cette 75e édition du Festival de Cannes, qui se tiendra du 17 au 28 mai prochain: Tori et Lokita de Jean-Pierre et Luc Dardenne, ainsi que Close de Lukas Dhont.

Il s’agit de la 9e sélection en Compétition et en Sélection Officielle pour les Dardenne, et 10e sélection à Cannes avec celle de La Promesse à la Quinzaine des Réalisateurs, qui marqua le début de leur exceptionnel parcours. C’est donc la 9e fois que Jean-Pierre et Luc Dardenne seront en lice pour la Palme d’Or, récompense qu’ils ont déjà remportée à deux reprises pour Rosetta en 1999 et L’Enfant en 2005. Un palmarès d’ores-et-déjà magistral, auquel il convient d’ajouter le Prix d’interprétation masculine pour Olivier Gourmet en 2002 pour Le Fils, le Prix du Scénario à Cannes pour Le Silence de Lorna en 2008, le Grand Prix au festival de Cannes en 2011 pour Le Gamin au vélo, et bien sûr le Prix d’interprétation féminine qui révéla Emilie Dequenne en 1999 pour Rosetta.

Tori-Et-Lokita-Christine-Plenus
@Christine Plenus – Les Films du Fleuve

Comme dans Le Jeune Ahmed (sélectionné en 2019 à Cannes) et dans leurs premiers films, Luc et Jean-Pierre Dardenne font confiance à deux jeunes comédiens débutants pour interpréter leurs jeunes héros, Pablo Schils et Joely Mbundu. Ils incarnent, aujourd’hui en Belgique, un jeune garçon et une adolescente venus seuls d’Afrique opposent leur invincible amitié aux difficiles conditions de leur exil.

On retiendra également au générique des comédiens habitués de l’univers des Dardenne, Claire Bodson (à l’affiche du Jeune Ahmed), Baptiste Sornin (vu notamment dans Deux jours, une nuit) et Marc Zinga (vu quant à lui dans La Fille Inconnue). Une fois de plus, le film est produit par la société liégeoise des frères, Les Films du Fleuve, et leur productrice, Delphine Tomson. 

On retrouvera également en Compétition, et c’est une première cette fois, le jeune cinéaste flamand Lukas Dhont, qui présentera Close. Une première fois en Compétition, mais cLukas Dhont est pourtant loin d’être un inconnu à Cannes, où la sélection dans la section Un certain regard de son premier long métrage Girl fit sensation. Le film fut acclamé lors de la projection, et finit par remporter la Queer Palm, le Prix d’interprétation de la section Un certain regard pour la performance exceptionnelle de Victor Polster, ainsi que la consécration ultime, la Caméra d’or.

@Kris Dewitte

Autant dire que l’on attend beaucoup de ce deuxième film, Close, qui raconte l’amitié empêchée de deux jeunes garçons. Leo et Oscar ont 13 ans, des amis inséparables. Mais ils doivent faire face un jour à un évènement impensable qui les éloignent. Léo se tourne alors vers la mère de Rémi pour essayer de comprendre ce qui se passe. Close est un film sur l’amitié, et la responsabilité.

Comme pour Tori et Lokita, le récit est porté dans deux jeunes nouveaux venus, Eden Dambrine et Gustav De Waele. Ils sont épaulés par les excellentes Emilie Dequenne et Léa Drucker, avec les participations de Kevin Janssens et Igor Van Dessel. Le film est produit par Menuet, et coproduit par Versus Production. 

Au-delà de ces deux films, on retrouvera d’autres talents belges sur les Marches, et notamment le comédien Jérémie Renier, au casting du nouveau film de Cédric Jimenez (Bac Nord), qui revient sur les attentats de Paris, Novembre, ou encore Charlie Dupont, membre du casting pléthorique du film d’ouverture, Z comme Z de Michel Hazanavicius.

On retiendra également la sélection de coproductions belges, notamment Retour à Séoul du cinéaste coréen Davy Chou, coproduit par Frakas Production, et au générique duquel on retrouvera l’excellent jeune comédien belge Yoann Zimmer, et R.M.N de Cristian Mungiu, coproduit par Les Films du Fleuve, tous deux en Compétition, ainsi que Dodo du réalisateur grec Panos Koutras, coproduit par Tarantula, dans la section Cannes Premiere, et Fumer fait tousser de Quentin Dupieux, coproduit par Artemis, Hors Compétition.

Regardez aussi

« Inner Lines », échos de guerre

L’oeuvre documentaire de Pierre-Yves Vandeweerd se distingue par sa conscience politique forte et son exigence …