« Les Intranquilles »: l’amour en convalescence

"Les Intranquilles" Copyright: Stenola Productions

Joachim Lafosse revient avec Les Intranquilles, son 9e long métrage, à un cinéma de l’intime, appliquant des dorures sur nos fêlures pour mieux les sublimer, auscultant la trajectoire d’un couple séparé par la maladie, une défaillance, quand l’un des deux semble s’absenter du couple alors que l’autre s’y surinvestit.

Ça commence par un déséquilibre. Une défaillance. Leïla dort sur la plage, tandis que Damien abandonne le bateau piloté par leur fils et prend le large.

Ça commence par une fusion, un homme et une femme qui dansent comme ils feraient l’amour.

« Je ne vais pas tenir, je suis fatiguée ». Leïla voit la crise maniaque qui s’installe peu à peu, les sautes d’humeur, les excès, le fol enthousiasme, le débordement. Damien lui fuit chaque jour un peu plus, jusqu’à s’absenter du couple. Les limites n’ont plus de sens, la vie lui semble trop étroite. Il implose tandis que leur couple explose, sous le regard impuissant de leur fils, de leurs amis, de leur famille.

Les-Intranquilles-Joachim-Lafosse
Copyright: Fabrizio Maltese

Damien défaille. Encore une fois. Mais Leïla arrive au bout de ses propres limites, et ne peut plus cumuler les rôles, amante, femme, mère, infirmière. Elle brûle d’être vue, d’être à nouveau regardée. Quand elle tente de s’appuyer, de se reposer sur Damien, il se retire, littéralement. Elle doit tenir pour deux. Et comprend que sans émancipation, pas de salut. L’absence au couple de Damien l’entraine au bord du gouffre, la pousse à vriller à son tour.

Dans L’Economie du couple, Joachim Lafosse se demandait: que reste-t-il de nos amours? Avec Les Intranquilles, il sonde la possible rencontre amoureuse, la vraie, celle qui surmonte les séismes, qui passe outre l’incapacité de l’autre à correspondre en tous points à celui ou celle que l’on attendait, que l’on espérait.

Si Damien ne peut pas guérir, peut-il néanmoins changer? L’amour est-il soluble dans la maladie? L’art est-il une folie? Peut-on aimer, ou plutôt, épouser un artiste? L’une des grandes réussites des Intranquilles est de poser des questions théoriques et universelles de façon redoutablement incarnée par Leïla (Bekhti) et Damien (Bonnard), époustouflants de justesse et de sincérité dans cette partition de l’intime.

Les-Intranquilles-Joachim-Lafosse
Copyright: Fabrizio Maltese

C’est un travail d’orfèvre, autour d’un couple cassé, abimé, fissuré par la maladie, mais qui comme dans l’art japonais du Kintsugi, pourrait être sublimé en soulignant la fêlure d’un trait d’or. Comme si la prise de conscience de Leïla, et l’aveu de Damien pouvaient figurer la possibilité d’un avenir, d’un surpassement. Comme si, aussi, la mise en fiction pouvait réparer.

Le film s’attarde également sur la figure du peintre, épousant au plus près son engagement physique, on observe Damien en très gros plan, le point se fait et se défait, on l’écoute, sa respiration, ses pas devant le chevalet, les caresses du pinceau sur la toile. Quelques instants plus tard, on retrouve Leïla, qui se perd voluptueusement sur la piste de danse, comme pour mieux se retrouver. Là aussi on l’observe au plus près, on l’entend respirer, souffler enfin. Se laisser aller à ne plus soutenir, se tenir droite pour et par elle-même. C’est peut-être dans cette liberté retrouvée que réside la clé.

Les Intranquilles est porté et produit par Anton Iffland Stettner et Eva Kuperman pour Stenola Productions. Le film sortira en Belgique ce mercredi 6 octobre.

Regardez aussi

Le-Lion-Belge

« Le Lion Belge »: une autre Histoire

Avec Le Lion belge, Nimetulla Parlaku propose une relecture ludique et méta de l’histoire coloniale …