Maaike Neuville, Jaco Van Dormael et Madame Bovary

Décidément, Jaco Van Dormael a plus d’une corde à son arc. Il signe la mise en image d’une adaptation du chef d’oeuvre de Flaubert, Madame Bovary, produite par le KVS, transposée par Michael De Cock, mise en scène par Carme Portaceli, et portée par les frêles mais volontaires épaules de Maaike Neuville. Diffusion ce soir sur Canvas.

En des temps pré-corona, l’équipe du KVS planchait sur une adaptation pour la scène du classique de Gustave Flaubert, Madame Bovary, récit décidément intemporel sur la destinée d’une femme éprise d’amour et de liberté, contrainte par les diktats culturels sociétaux, la trajectoire à la fois unique et universelle d’Emma Bovary illustrant aujourd’hui encore avec férocité et génie le poids de l’oppression patriarcale.

Héroïne sublime et sacrificielle devenue icône, Emma Bovary est réinterprétée et ré-imaginée dans une mise en scène contemporaine qui dévoile la modernité de ce récit du début du XIXe siècle. Alors que la pièce devait se jouer en chair et en os, sur la scène du KVS, la pandémie en a voulu autrement, et la compagnie a confié à Jaco Van Dormael la mission de transformer l’expérience en un nouvel objet audiovisuel, destiné à une diffusion télévisée, tout en épousant les codes du théâtre. Il y porte son regard de cinéaste, créant une oeuvre hybride qui fait tomber les barrières des genres.

La pièce sera diffusée ce soir à 21h20 sur Canvas.

Regardez aussi

« Une vie démente » récompensé au Bergamo Film Meeting

Une vie démente, premier long métrage d’Ann Sirot et Raphaël Balboni a remporté ce week-end …