Home / News / Evenements / Magritte 2019, les nominations: une édition des plus ouvertes

Magritte 2019, les nominations: une édition des plus ouvertes

Ca y’est, on connaît les nominations pour la 9e Cérémonie des Magritte! On s’en doutait un peu, la compétition s’annonce extrêmement ouverte, avec 5 films au-delà des 7 nominations, un record!

Ainsi Laissez bronzer les cadavres, Nos batailles et Tueurs, tous trois nommés dans la catégorie Meilleur film (et Meilleure réalisation), totalisent entre 7 et 9 nominations! On notera que les catégories dans lesquelles chacun des films sont nommés soulignent leurs lignes de force.

En lice pour le Meilleur film…

Laissez bronzer les cadavres d’Hélène Cattet et Bruno Forzani, véritable expérience sensorielle, est nommé dans toutes les catégories dites « techniques » (image, son, montage, décors et costumes), nominations qui viennent souligner la puissance esthétique du film. On notera également que le film vaut aussi une nomination au comédien Pierre Nisse dans la section Meilleur acteur dans un second rôle, qui brille également à l’affiche du film d’Emmanuel Marre, D’un château l’autre (on y reviendra).

 

Tueurs de François Troukens et Jean-François Hensgens est très logiquement nommé dans la catégorie Meilleure image. Dans le genre on n’est jamais mieux servi que par soi-même, Jean-François Hensgens, co-réalisateur du film, en est également le chef opérateur. Mais le film est aussi très présent pour son interprétation, avec des citations pour Lubna Azabal, Olivier Gourmet, et Bouli Lanners.

 

Nos batailles enfin est nommé dans différentes catégories très hétérogènes, rappelant ainsi l’excellent accueil réservé par la presse et le public au film depuis sa présentation à Cannes en mai dernier. C’est d’ailleurs le seul des trois films cités à être nommé pour le scénario. En 2017, Guillaume Senez frappait fort avec Keeper, son premier film, ses 8 nominations et ses trois prix. Il remet donc le couvert cette année, briguant cette fois-ci le Magritte du Meilleur film (après avoir remporté celui du Meilleur premier film), et ceux du montage (déjà remporté par Julie Brenta pour Keeper), celui de la Meilleure actrice dans un second rôle pour Lucie Debay, et des Meilleurs espoirs pour ses deux jeunes comédiens stupéfiants de spontanéité, Lena Girard Voss et Basile Grunberger.

Nos-batailles-Guillaume-Senez-6

 

Autre candidat au titre suprême, Mon Ket, premier film en tant que réalisateur de François Damiens. Si le film ne récolte « que » 3 nominations, il s’agit des principales, pour lesquelles il constitue un concurrent de choix. François Damiens est ainsi nommé pour la 7e fois d’affilée dans la catégorie Meilleur acteur, qu’il n’a jamais remportée, aussi improbable que cela puisse sembler, et le jeune Matteo Salamone (le Ket du titre) concourra dans la catégorie Meilleur espoir.

mon_ket4

 

Enfin, l’invité surprise du quintet final est sans conteste Bitter Flowers, premier film âpre et délicat d’Olivier Meys. Si le film a connu une exposition confidentielle, il semble avoir marqué les esprits des membres de l’Académie, qui l’ont plébiscité dans 4 catégories, dont celles prestigieuses du Meilleur film, de la Meilleure réalisation et du Meilleur scénario – il concourt également logiquement dans la catégorie Meilleur premier film, comme Tueurs, aux côtés de La Part Sauvage de Guérin Van de Vorst, et Une part d’ombre de Samuel Tilman.

 

Deux autres films multiplient les nominations…

 

Une part d’ombre justement récolte 7 nominations. Le premier long métrage de Samuel Tilman est notamment servi par son riche casting, que l’on retrouve dans 5 catégories d’interprétation, et pas sa bande originale, pour laquelle Vincent Liben est nommé.

Un film fait sans surprise ou presque un carton plein. S’il n’est pas retenu dans les catégories Meilleur film et Meilleure réalisation (et pour cause, il s’agit d’un film flamand), il rassemble pas moins de 9 nominations (dont Film flamand, Scénario, Montage, Décors, Costumes, Son, Image). Girl de Lukas Dhont pourrait bien s’imposer d’une manière ou d’une autre au palmarès, comme Rundskop en son temps.

 

Meilleure actrice, Meilleur acteur

 

Et s’il est une catégorie dans laquelle le film a toutes ses chances, c’est celle du meilleur acteur. S’il aura fort à faire face à deux comédiens déjà primés (Olivier Gourmet nommé pour Tueurs et Benoît Poelvoorde nommé pour Au poste!) et un comédien très souvent nommé mais (injustement?) jamais primé (François Damiens), Victor Polster, primé à Cannes pour sa magistrale interprétation de Lara dans Girl est un sérieux candidat. Dans la catégorie Meilleur acteur dans un second rôle, Arieh Worthalter pourrait également tirer son épingle du jeu.

Du côté des comédiennes, on retiendra la première nomination dans la catégorie Meilleure actrice de Natacha Régnier, Présidente de la Cérémonie l’année dernière, pour son rôle dans Une part d’ombre. Elle fera face à Yolande Moreau (pour I Feel Good) et Cécile de France (pour Melle de Joncquières), déjà nommées mais jamais primées, et Lubna Azabal (pour Tueurs), lauréate en 2012 pour Incendies.

 

Mais aussi…

 

Notons également que côté courts métrages, le prix fiction se jouera entre Calamity, premier film de Maxime Feyers et Séverine de Streyker, D’un château l’autre d’Emmanuel Marre (déjà nommé l’année dernière pour Le Film de l’été), Icare de Nicolas Boucart (récemment pré-sélectionné pour les Oscars) et Une soeur de Delphine Girard.

Enfin, la bataille sera rude côté documentaire, et opposera cette année 5 films, offrant ainsi un embarras du choix entre 5 productions très appréciées cette année: Des cowboys et des Indiens, La Grand Messe, Manu, Mitra et Ni juge ni soumise.

Enfin, on soulignera que si l’on pouvait se réjouir l’année dernière d’un palmarès qui faisait la part belle aux femmes, puisqu’elles représentaient la moitié des lauréates, avec notamment 4 réalisatrices primées (Solange Cicurel, Fien Troch, Julia Ducournau et Ann Sirot), on voit mal comment telle chose pourra se reproduire cette année au vu des nominations. Un état de fait qui n’est bien sûr pas à imputer à l’Académie André Delvaux, mais plutôt à la réalité du marché, où seuls trois longs métrages de fiction signés (ou co-signés) par des réalisatrices sont sortis cette année (Drôle de père, C’est tout pour moi et Laissez bronzer les cadavres)…

Résultats des courses le 2 février prochain!

 

En attendant, l’intégralité des nominations est disponible ici

Regardez aussi

« Century of smoke » et « Sans frapper » à Visions du Réel

Lors de sa 50ème édition qui aura lieu du 5 au 13 avril prochains, le …