Montréal : Festival des Films du Monde
La Belgique prend l’accint’ québékwais

Le festival des Films du Monde de Montréal a débuté jeudi 18 août et se prolonge jusqu’au 28. Il s’agit d’une manifestation très en vue en Amérique du Nord qui permet aux autochtones de découvrir des œuvres mises en chantier dans les contrées les plus diverses, ce qui n’est pas forcément inscrit dans les gènes nord-américains. Depuis quelques années, la manifestation a acquis un statut international envié et figurer à son affiche est un must prisé par les productions indépendantes. En Belgique, comme ailleurs.

 

Cette année, 383 films seront mis à l’honneur là-bas. 230 sont des longs métrages. 70 pays différents participent à l’événement, mais très peu d’entre eux sont aussi bien représentés que la petite Belgique. Dans un passé récent, deux réalisateurs flamands ont  remporté la compétition officielle: Nic Balthazar avec son merveilleux Ben X et Hans Van Nuffel, l’an dernier, pour Adem qui est un des deux immenses favoris des Vlaamse Film Prijzen bientôt décernés à Ostende.

 

[Elle ne pleure pas, elle chante]

 

Plusieurs films francophones ont été sélectionnés pour ce voyage canadien. Philippe de Pierpont, très enthousiaste à l’idée de confronter son premier long métrage de fiction à un public qui en ignore tout, proposera Elle ne pleure pas, elle chante, quatre fois (22, 24, 25 et 26) au cinéma Quartier Latin. Fidèles lecteurs de Cinevox, vous savez déjà pas mal de choses sur ce film dur, mais formidable. Pour rappel, vous pouvez lire une interview de Philippe de Pierpont (ici), une présentation du film (ici) et un reportage sur la première mondiale à l’Arenberg (ici). La bande-annonce est visible sur notre site (ici) et nous reviendrons très bientôt sur le film avec des extraits d’une consistante interview que le très sympathique réalisateur nous a récemment accordée, chez lui. Son drame intimiste et poignant participera à la compétition qui réunit une vingtaine de premières oeuvres, catégorie que le film a l’occasion d’intégrer puisque, malgré sa riche carrière documentaire et ses courts métrages, Philippe signe aujourd’hui seulement son premier long métrage de fiction.

 

[De leur Vivant]

 

Dans la même section, un autre film wallon, dont nous ne vous avons pas encore parlé. Géraldine Doignon proposera là-bas De leur Vivant, un film qu’elle a réalisé avec très peu de moyens, mais une passion hors du commun.

Une bâtisse transformée en hôtel, est le lieu d’affrontement d’un homme qui vient de perdre son épouse et de ses trois enfants. Que va devenir le bâtiment qu’elle laisse en héritage et qui rappelle à tous son tragique souvenir? L’arrivée d’une jeune femme enceinte bouleversera la donne et attiser les sentiments. Filmé entre amis, ce premier long a tapé dans l’œil des programmateurs.  La belle histoire continue.

 

[Fils Unique]

 

Entre Chien et Loup accompagnera Iota production et Helicotronic (la structure qui a permis au rêve de Géraldine Doignon de devenir réalité) dans ce périple outre-Atlantique avec Fils Unique de Miel Van Hoogenbemt. Le réalisateur bruxellois, parfait bilingue, a connu le succès en Flandre avec Man Zoek Vrouw (Pas sérieux, s’abstenir) et tourné en Wallonie, un Miss Montigny d’excellente mémoire avec une toute jeune Sophie Quinton qu’il retrouve ici. Pour l’équipe du film, tendue comme un arc, il s’agit d’une première mondiale : « Dans moins qu’une semaine je sais comment un ‘vrai’ public (canadien, ouf pas encore Belgo/Français) réagit sur ‘Fils Unique’, je commence déjà à trembler à l’idée …. », explique Miel. Tu nous diras comment cela s’est passé, n’est-ce pas?

À l’affiche de Fils Unique, on croise avec un plaisir non dissimulé le teigneux Patrick Chesnais et un Laurent Capelluto qui fait donc coup double puisqu’il est aussi à l’affiche de Elle ne pleure pas…

Le film est projeté hors compétition dans la section « films du monde », comme Où Va la Nuit de Martin Provost, déjà sorti chez nous et dont nous vous avons parlé ICI (bande annonce à découvrir ici)

 

[Hasta La Vista]

 

La délégation flamande est emmenée par Geoffrey Enthoven avec Hasta La Vista qui sera par ailleurs l’événement du festival d’Ostende et sans (aucun) doute un des immenses succès populaires de cette fin d’année 2011 au Nord du pays. Projeté ce week-end, Hasta la Vista a été accueil par une incroyable standing ovation, preuve que le réalisateur et ses formidables acteurs touchent à l’universel avec ce film hors norme. The (Montreal) Gazette, quotidien anglophone, lui a d’ailleurs octroyé la note maximale de 4 étoiles et note que le week-end a été marqué par un buzz « autour d’un film flamand ».   Bavo Defurme participe, pour sa part, à la compétition du meilleur premier film avec Noordzee, Texas.

 

[Fancy-Fair]

 

Six courts métrages belges sont également sélectionnés : Fancy-Fair de Christophe Hermans, Dernier Rappel de Mireille Verboomen, Badpakje 46, primé à Cannes, de Wannes Destoop, Dancing with Travolta de Lenny Van Wesemael, Lunchbox Story de Pieter Dirkx et The Extraordinary Life of Rocky de Kevin Meul.

Après dix jours de ce régime, la colonie belge risque bien de revenir avec l’accint de Marc André Grondin ou de Michel Côté. Et quelques prix…

 

Regardez aussi

« Inner Lines », échos de guerre

L’oeuvre documentaire de Pierre-Yves Vandeweerd se distingue par sa conscience politique forte et son exigence …