« Pandore », la prochaine série de la RTBF, soutenue par screen.brussels et Wallimage

Les fonds d’investissement audiovisuels bruxellois et wallon screen.brussels et Wallimage viennent d’annoncer les résultats de leur dernière session de soutien, et tous deux braquent leurs projecteurs sur les séries, notamment sur Pandore, la prochaine série RTBF à entrer en tournage, créée par Anne Coesens, Savina Dellicour et Vania Leturcq. 

Produite par Artémis Production (Bruxelles) et soutenue par le fonds des séries de la RTBF et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pandore sera réalisée par Vania Leturcq et Savina Dellicour. Pandore, c’est l’histoire d’une collision, celle de la justice et de la politique. C’est également la collision d’un homme et d’une femme qui ont chacun, dans un moment de crise personnelle, ouvert la boite de Pandore et déchainé des forces qui vont les mener inexorablement vers un face à face sans merci.

Au casting, on retrouve Anne Coesens, également autrice donc, mais aussi Laurent Capelluto et Salomé Richard. Wallimage souteTournage imminent!

Autre série belge soutenue par screen.brussels, Match, une série humoristique format court (25 épisodes de 5mn), produite pour Be TV par Entre Chien et Loup et réalisée par Gregory Beghin (qui vient de co-réaliser Losers Revolution avec Thomas Ancora, qui sort le 11 mars prochain). Adapté d’un format original norvégien, Match raconte la vie de Rachel, une vie dans laquelle rien ne va vraiment mal, mais rien ne va vraiment bien non plus. Elle a l’impression que tout le monde avance, sauf elle. Elle vit avec son colocataire et meilleur ami, Joseph, à qui tout réussi. Façon match de foot, la vie de Rachel est commentée en direct et pour chaque épisode, elle doit relever un enjeu inédit.

Chez screen.brussels, 3 autres séries télévisées sont soutenues, L’Opéra, série française co-réalisée par deux réalisatrices françaises (Cécile Ducrocq et Leila Marakchi) et deux réalisateurs belges (Inti Calfat et Dirk Verheye); Lost Luggage, série belge flamande, une série de la VRT réalisées par les cinéastes flamandes Nathalis Basteyns et Kaat Beels (les créatrices de Beau Séjour); La Corde, une série Arte coproduite en Belgique par Versus Production.

Wallimage soutient lui aussi L’Opéra, et La Corde!

Le fonds wallon soutient également le nouveau documentaire de Agnès Lejeune et Gaëlle Hardy (Au bonheur des dames ?), Les Yeux ouverts, produit par Les Films de la Passerelle. Les deux réalisatrices s’intéressent à des personnes désireuses de se faire euthanasier qu’elles ont suivies dans leurs démarches auprès des médecins et les discutions qui s’en suivent entre praticiens.

De son côté, screen.brussels soutient deux documentaires: Royals at War de Maud Guillaumin, un documentaire en deux épisodes qui met en perspective les stratégies déployées par les familles royales européennes pendant la seconde guerre mondiale face à la montée et l’arrivée au pouvoir du fascisme et du nazisme. Toutes reliées par des liens familiaux, les monarchies se sont retrouvées, volontairement et involontairement, au centre de l’échiquier politique d’Hitler; et Le dormeur éveillé de Boris Van der Avoort et Isabelle Dumont. B., cinéaste et insomniaque, décide d’arracher au néant ses heures d’insomnie en filmant sa propre enquête sur le sommeil. L’insomniaque s’interroge sur ces différents états de conscience et sur la difficulté des humains à synchroniser leur rythme social avec leur rythme biologique.

Côté longs métrages, Wallimage soutient Deep House, le prochain film fantastique du duo de cinéastes français Julien Maury et Alexandre Bustillo, qui sera tourné dans le studio aquatique Lites à Vilvoorde, un fleuron de technologie, tandis que screen.brussels soutient le prochain long métrage produit par Need Productions (récent lauréat du Magritte du Meilleur premier film pour Nuestras madres de Cesar Dìaz), une nouvelle incursion en Amérique, puisque Clara Sola de Nathalie Alvarez Mesen sera tourné au Costa Rica; mais aussi deux films flamands, Ritueel de Hans Herbot, et Cool Abdoul de Jonas Baeckeland, et deux coproductions internationales, Earwig de Lucile Hadzihalilovic et Geoff Cox et Carnet d’Épices de Massimo Donati.

Regardez aussi

« Un monde »: l’école à hauteur d’enfant

Avec son premier long métrage, Un monde, Laura Wandel offre une immersion aussi puissante que …