Quatre films se partagent 800.000 € pour la 1ere session 2016 de Wallimage

Cinq fois par an, le fonds économique Wallimage met à disposition de la profession 1 Million d’€ ! Pour sa toute première session de 2016, la 78e de son histoire, le fonds wallon a décidé d’apporter son soutien à trois longs métrages et à une série d’animation.

Le Fidèle marque le retour de Michael Roskam en Belgique après avoir tourné Quand vient la nuit aux États-Unis. Dans ce nouveau projet, toujours produit par Savage, le réalisateur de Rundskop s’inspire d’un fait divers réel (les méfaits de la bande à Haemers) pour imaginer une tragédie amoureuse entre Gigi, (Matthias Schoenaerts), beau gosse immature et gangster de haut vol, et Bibi, une jeune pilote de course issue de la haute bourgeoise (Adèle Exarchopoulos). Filmé pour partie en Wallonie (11 jours), Le Fidèle devrait être terminé pour le mois de janvier 2017.

Cinquième long métrage de Dany Boon, Raid dingue est à nouveau coproduit en Belgique par Artemis. Jo (Alice Pol) y est une fliquette très nulle qui veut intégrer le Raid. Son père, ministre, favorise son entrée dans cette section d’élite dans l’espoir qu’un stage violent mené par Eugène Froissard, un poissard proche de la retraite (Dany Boon), la dégoûte de ce rêve inaccessible. Le film sera tourné en Belgique et les nombreux effets spéciaux seront mis au point par la société wallonne Benuts.

Dans un tout autre registre, Wallimage cofinancera un projet belgo-irlando-espagnol proposé par Frakas: Muse est un thriller d’horreur, signé par Jaume Balaguero, illustre réalisateur de genre espagnol à qui on doit La Secte sans nom, Darkness, la série Rec, Fragile ou Malveillance. Le challenge wallon de ce film qui sera en partie réalisé chez nous (10 jours) reviendra à la société liégeoise Mikros qui est en charge de tous les effets spéciaux. Et il y en aura beaucoup !

Dans le cadre de sa 19e session animée, Wallimage a aussi décidé de cofinancer le Grand Méchant Renard un projet coproduit par Panique. Benjamin Renner (Ernest et Célestine) réalisera cette série de trois courts métrages d’animation de 26 minutes qui pourront être diffusés séparément ou ensemble, à la télévision… ou au cinéma. La société d’Alleur, Digital Graphics, s’occupera du compositing et du rendu, Mute and solo du montage son et du mixage, Dame Blanche de l’enregistrement de la musique et des bruitages tandis que BabelSub prendra en charge le sous-titrage pour les malentendants, l’audiodescription ainsi que la version anglaise.

Regardez aussi

Logo-Derives

Bourses d’aide au développement et à la finition documentaire

Dérives lance l’appel à projets pour son aide au développement et à la finition d’un …