Home / News / Rencontres / Rencontre avec Elisa Echevarria, à l’affiche d’Invisible

Rencontre avec Elisa Echevarria, à l’affiche d’Invisible

Rencontre aujourd’hui avec Elisa Echevarria, la jeune héroïne de la nouvelle série de la RTBF, Invisible, dont la diffusion débute dimanche soir. Elle y incarne Lily, une jeune fille déterminée et volontaire, qui après avoir été piégée sur les réseaux sociaux, envisage l’invisibilité comme un pouvoir lui permettant d’échapper à son quotidien. 

Bonjour Elisa, pouvez-vous nous présenter votre personnage?

Lily est une ado de 16 ans. Elle est sensible, courageuse, et assez déterminée. Elle prend en charge son destin, même si elle peut se révéler très naïve. J’ai beaucoup de points communs avec Lily, je me sens très proche d’elle, de ses traits de caractère.

Au début de la série, Lily souffre d’être trop visible, notamment sur les réseaux sociaux?

Ce qui arrive à Lily, voir une vidéo intime d’elle publiée en ligne, c’est le pire cauchemar qui puisse arriver à une adolescente. Elle a l’impression que son monde s’écroule. Et c’est d’autant plus horrible pour elle qu’elle était amoureuse du garçon avec lequel on la voit, et qu’on a trahi sa confiance. Ce n’est pas à elle d’avoir honte, mais malheureusement, dans ces cas-là, la honte est trop souvent dans le mauvais camp. Mais mon personnage a tellement honte, que l’idée de s’effacer du monde est irrésistible pour elle.

Comment jouer face à des invisibles?

Tant que mon ou ma partenaire est vraiment invisible, pour moi comme pour le public, il suffit de regarder dans le vide, avec un peu de conviction. Mais quand il s’agit de jouer face à quelqu’un, qui est tout nu face à nous, et que l’on n’est pas censé voir, ça se corse! Il faut maîtriser son regard. Parfois, j’avais besoin de marquer un point de regard pour me concentrer, éviter de regarder ma partenaire.

J’ai aussi dû faire beaucoup de scènes où je mimais un contact avec une invisible. Et c’est très compliqué, car il faut imaginer l’occupation de l’espace de l’être invisible. Faire semblant qu’on a quelqu’un sur le dos, c’est un vrai défi technique. Je ne sais pas si vous avez déjà essayé de mimer une bagarre, mais c’est assez dur!

Quel est votre parcours, et comment s’est passé le casting?

J’avais déjà eu quelques rôles, j’ai joué notamment dans Le Tout Nouveau Testament, dans quelques courts métrages, dont Les Dauphines de Juliette Klinke, et quelques pubs. Mais ça faisait un moment que je n’avais plus joué.

Quand Michaël Bier m’a fait passer le casting, il m’a demandé si ça me dérangeait de tourner nue, j’ai fait comme si de rien n’était, genre: « Ah mais non, pas du tout, pas de problème! » Mais dans ma tête, ça carburait dans tous les sens, je me disais: « Mais jamais, jamais je ne pourrai tourner nue! » Et puis j’ai fait le casting, et je suis sortie en disant à mon père que j’avais été nulle. Je ne m’attendais pas du tout à être sélectionnée, alors que j’ai su que j’avais été retenue, j’étais tellement heureuse. Et il a bien fallu affronter mes craintes!

Qu’est-ce que vous préférez dans la série?

Je trouve que les comédiens et les comédiennes sont absolument excellent·es, le casting est dingue. Et puis les effets spéciaux sont extrêmement réussis, cela m’a vraiment surprise quand j’ai découvert les deux premiers épisodes. Sans compter que le rythme est vraiment haletant, on a envie de voir la suite!

Regardez aussi

Marie-Enthoven

Rencontre avec Marie Enthoven, créatrice et scénariste d’Invisible

La nouvelle série de la RTBF, Invisible, fait l’évènement. D’abord, parce que ce n’est pas …