« Rien à foutre » à La Semaine de la Critique

Encore un film belge à Cannes! Rien à foutre, premier long métrage d’Emmanuel Marre et Julie Lecoustre, est en lice à 60e Semaine de la Critique!

Une belle sélection donc pour ce premier long très attendu, tant les films précédents d’Emmanuel Marre se sont faits remarquer. En 2017 notamment, il remportait le Grand Prix à Clermond-Ferrand puis le prestigieux Prix Jean Vigo avec Le Film de l’été, film surprenant et délicat, une « belle comédie dépressive » pour Les Inrocks, une « grande révélation » pour Le Monde.

L’année suivante, il recevait à Locarno de Pardino d’or pour D’un château l’autre, d’ailleurs co-écrit avec Julie Lecoustre, avant d’entamer une tournée triomphale des festivals et d’accumuler les prix (notamment le Bayard d’or du Meilleur court métrage au Festival de Namur).

Retour sur Rien à foutre. Cassandre, 26 ans, est hôtesse de l’air dans une compagnie low-cost. Vivant au jour le jour, elle enchaîne les vols et les fêtes sans lendemain, fidèle à son pseudo Tinder « Carpe Diem ». Une existence sans attaches, en forme de fuite en avant, qui la comble en apparence. Jusqu’à ce qu’un incident de parcours ne l’oblige à se reconnecter au monde. Cassandre saura-t-elle affronter les douleurs enfouies et revenir vers ceux qu’elle a laissés au sol ?

Rien-a-Foutre-Emmanuel-Marre

Dans le rôle de Cassandre, on retrouve Adèle Exarchopoulos, Palme d’or pour La Vie d’Adèle, vue en Belgique dans Le Fidèle de Michaël Roskam, ou encore dans Sibyl de Justine Triet aux côtés de Virginie Efira. Elle sera ce mercredi à l’affiche de Mandibules de Quentin Dupieux, où elle excelle dans un rôle décalé et surprenant. Elle entourée notamment d’Alexandre Perrier et de la jeune comédienne belge Mara Taquin, découverte par beaucoup dans Ennemi Public, et qui faisait ses premiers pas sur la Croisette en 2019 en clôture du Festival dans Hors Norme de Nakache et Toledano. On la retrouvera également bientôt en haut de l’affiche de La Ruche, le premier long métrage de Christophe Hermans.

Produit par la société Wrong Men, avec le soutien du Centre du cinéma de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le film est vendu à l’international par Charades et sera distribué en Belgique par Cinéart.

A noter également, la présence en sélection à La Semaine de la Critique d’un court métrage belgo-grec coproduit chez nous par Tarantula Belgique, Brutalia de Manolis Mavris, et du long métrage Libertad, de Clara Roquet, coproduit en Belgique par Bulletproof Cupid. Le film d’ouverture, Robuste, de Constance Meyer, a également été coproduit en Belgique par Scope Pictures.

Regardez aussi

« J’peux pas, j’ai cinéma! », le retour!

Après une 1ère édition qui a permis à des milliers de spectateurs de retrouver le …