« Ronald Krump », Jour 1

Ingrid Heiderscheidt © Maël G. Lagadec

C’est parti pour Ronald Krump (non, ce n’est pas une coquille), premier long métrage de Cédric Bourgeois, buddy movie qui entraine Jean-Benoît Ugeux et Jean-Jacques Rausin dans une aventure qu’on imagine picaresque pour retrouver la fille du premier, ancien acteur porno aux fréquentations vraisemblablement douteuses.

Premier jour de tournage pour le premier long métrage du jeune réalisateur Cédric Bourgeois, à qui l’on doit notamment le court You’re Lost Little Girl en 2017, ou le documentaire Dreamcatchers en 2014. Il a co-écrit le scénario de Ronald Krump avec le cinéaste et comédien Jean-Benoît Ugeux, qui interprète le rôle principal, et avec la collaboration de Xavier Seron. A en lire le pitch, et au vu de l’équipe artistique, on ne peut qu’imaginer une comédie sérieusement déjantée, teintée d’une certaine mélancolie. Celle surement des ex-gloires du porno…

Car oui, Ronald Krump emboite le pas de Frank, une ancienne gloire du porno (aka Ronald Krump donc), qui voit sa fille Sophie kidnappée jusqu’au règlement d’une importante dette. Démuni, il se tourne vers son ami Bobby pour l’aider. Les deux amis se lancent dans une folle et rocambolesque cavalcade pour sauver Sophie.

Jean-Benoit-Ugeux-Cinevox
Jean-Benoît Ugeux

Dans le rôle principal, on retrouve Jean-Benoit Ugeux, dont on connaît le pouvoir d’évocation comique, aussi bien Clown Blanc qu’Auguste, mais aussi l’attrait pour la mélancolie, que ce soit dans Le Film de l’été d’Emmanuel Marre par exemple, ou dans son propre court métrage La Musique.

Face à lui, Jean-Jacques Rausin, autre force comique, dans un registre proche, comme on a pu le voir récemment dans le court métrage Le Roi de Stefano Ridolfi, plus burlesque dans la série 1 semaine sur 2, ou plus maniaco-poétique dans Je me tue à le dire de Xavier Seron, réalisateur qui a d’ailleurs travaillé régulièrement avec les deux comédiens, et qui a collaboré au scénario.

Jean-Jacques Rausin

Dans le rôle de Sophie, la jeune Elise Havelange, découverte dans Les Dauphines, devrait les faire tourner en bourrique. On retrouve également au casting les excellentes Babetida Sadjo et Ingrid Heiderscheidt (la « fille au clap »).

Le tournage débute aujourd’hui, jusqu’au 2 avril prochain, tournage express, puisque le film est produit avec le soutien des aides aux productions légères attribué par le Centre du Cinéma, comme Losers Revolution, Une vie démente ou encore Fils de Plouc de Lenny et Harpo Guit. On retrouve d’ailleurs aux manettes David Borgeaud et Roue Libre Production, également producteur des frères Guit.

On vous reparlera très vite de Ronald Krump

Regardez aussi

FIFF 2021: les courts belges en lice!

Pour sa 36e édition, le Festival International du Film Francophone de Namur a décidé de …