Home / News / A l'affiche / « Mitra » de Jorge Leon: atypique et singulier

« Mitra » de Jorge Leon: atypique et singulier

C’est ce mercredi que sort dans les salles belges Mitra, le documentaire de Jorge Leon, projet atypique et singulier croisant cinéma, opéra et performance, brouillant réalité et fiction, au coeur du cinéma documentaire. 

Hiver 2012 – Internée contre son gré dans un hôpital psychiatrique à Téhéran, Mitra Kadivar, psychanalyste iranienne, entame une correspondance par courriel avec Jacques-Alain Miller, fondateur de l’Association Mondiale de Psychanalyse.

Été 2017 – Une équipe artistique s’inspire de ces échanges pour créer un opéra en s’empreignant de la réalité de l’hôpital psychiatrique Montperrin à Aix-en-Provence.

Mitra offre la mise en abîme étourdissante d’un work in progress. Le film s’ouvre sur le dialogue épistolaire de Mitra Kadivar, (seule) psychanalyste iranienne, et Jacques-Alain Miller. La psychanalyste demande le soutien de son homologue français, car sous la pression de ses voisins, elle est sur le point de se faire interner contre son gré, et contre toute évidence d’une quelconque pathologie. Rien de grave, si on peut l’aider.

Mais être accusé de folie est la plus grande des solitudes, car comment prouver que l’on n’est pas fou? C’est « sortir de la communauté des hommes » comme l’écrit Mitra. Malgré son appel à l’aide, Mitra se retrouve internée, et décrit la folie de cette incarcération.

Comment rendre compte de cette descente aux enfers? Jorge Leon choisit de sublimer le parcours de Mitra en le mettant plusieurs fois en scène, à travers la création d’une pièce musicale, à travers sa figure tragique bien sûr qui hante les plans, mais aussi à travers une plongée au coeur de l’institution destructrice que peut être l’asile psychiatrique. Ainsi l’histoire de Mitra est offerte non seulement aux artistes, mais aussi aux résidents d’un institut qui s’emparent de sa voix pour libérer la leur.

Mitra est un film littéralement choral (le choeur y est d’ailleurs acteur du récit), où le contrepoint des voix enrichit sans cesse le destin particulier de Mitra auquel font écho les destins des témoins rencontrés au fil du film, pour livrer en creux une réflexion sur la folie, l’enfermement et surtout, l’isolement.

Mitra a tourné dans de nombreux festivals (il a notamment été primé au prestigieux Festival International du Documentaire de Marseille), et est pré-sélectionné pour les Magritte du Cinéma 2019. Le film sort ce mercredi 7 novembre dans les salles belges.

 

Regardez aussi

« Au bonheur des dames? »: anatomie d’une profession

« Elles » ont de 20 à 65 ans. Elles sont “femmes de ménage” comme …