#WeLoveCinema

En ce mercredi 9 juin, les salles de cinéma belge rouvrent enfin, après plus de 7 mois de fermeture. Exploitant·es et distributeur·ices ont mis les petits plats dans les grands pour vous accueillir à nouveau dans les salles, dans les meilleurs conditions, pour de précieuses expériences de cinéma.

De nombreux films seront à l’affiche dès aujourd’hui, certains à peine sortis quelques jours à l’automne dernier, d’autres dont la sortie s’est vue repoussée par la crise sanitaire. Parmi tous ces films à l’affiche, on notera la programmation au Palace à Bruxelles de Petit Samedi, le très émouvant documentaire de Paloma Sermon-Daï, dont on vous parle ici.

Parmi les nouveautés très attendues, il y a bien sûr le nouveau film de Quentin Dupieux, Mandibules. Le cinéaste revient avec un nouvel opus joyeusement déjanté, l’histoire d’un duo un peu inapte socialement, qui découvre une mouche géante qu’il décide d’apprivoiser pour… faire des casses. L’idée vaut ce qu’elle vaut, toujours est-il qu’ils trouvent refuge chez une amie d’enfance (formidable India Hair), qui les accueillent dans sa belle maison de famille, où l’on croise également Adèle Exarchopoulos, résolument détonnante, et qui confirme un talent certain pour la comédie décelé sans la série La Flamme, la surprenant Coralie Roussier, et bien sûr, vous l’attendiez, Roméo Elvis, pour sa première apparition sur grand écran, dans le rôle du grand frère, disons, plutôt cool.

Autre talent belge à l’affiche demain, Jérémie Renier, en haut de l’affiche de Slalom, premier film de Charlène Favier, label Cannes 2020, qui arrive enfin sur nos écrans. Le comédien y incarne un entraineur de ski à l’inquiétante posture. Il nous parlait à l’automne dernier de ce rôle particulièrement fort.

Autre comédien belge en haut de l’affiche, dans un tout autre registre, Stephan De Groodt, qui dans Chacun chez soi, le nouveau film de Michèle Laroque, incarne un père de famille et époux quelque peu obnubilé par sa passion pour les bonsaïs, et qui voit son quotidien bouleversé quand sa grande fille de 30 ans décide de se réinstaller chez papa et maman, avec son amoureux dans les valises. Une comédie de la cohabitation, où les pires coups sont permis. Au casting, on retrouve également Laurence Bibot, dans le rôle de la meilleure amie odieusement drôle, mais gentiment affectueuse.

Il y a aura décidément pour tous les goûts, puisque dans un tout autre style, on retrouve Matthias Schoenaerts, intense comme jamais, dans un polar bien, bien noir, Sons of Philadelphia, du français Jérémie Guez mais en anglais dans le texte.

Et pour les enfants? On retiendra la sortie de Petit Vampire, l’excellente, tendre et hilarante adaptation par Joann Sfar lui-même de sa BD éponyme, en bonne partie animée aux Studios l’Enclume à Bruxelles (nous en parlions d’ailleurs ici avec l’un des fondateur du studio).

Pour les grands enfants – et les autres -, on retiendra qui c’est un chef opérateur belge, le très talentueux Nicolas Karakatsanis, qui signe l’image du premier blockbuster américain à revenir dans les salles, Cruella avec Emma Stone, de Craig Gillepsie, pour lequel Karatsanis avait déjà signé l’image de I, Tonya.

Enfin, on notera la ressortie d’Adieu les cons, resté quelques jours en salle à peine lors de sa sortie à l’automne, désormais auréolé d’une flopée de César, dont celui du meilleur film. L’occasion de retrouver l’excellente Virginie Efira, dans cette comédie du désespoir d’Albert Dupontel.

Et la prochaine sortie belge? Ce sera Mon père est une saucisse, film familial frais et enthousiasmant d’Anouk Fortunier, qui sortira le 23 juin prochain, mais on vous en reparle très vite!

 

 

 

Regardez aussi

Aya-Simon-Coulibaly-Gillard

L’ACID pour « Aya » de Simon Coulibaly Gillard

Nouvelle sélection cannoise pour le cinéma belge! Aya, premier long métrage de Simon Coulibaly Gillard, …