Home / News / A l'affiche / « Witz »: Sandrine Blancke et Sam Louwyck entre rires et larmes

« Witz »: Sandrine Blancke et Sam Louwyck entre rires et larmes

Avec Witz, Martine Doyen raconte la rencontre inévitable de deux âmes perdues qui n’ont plus que l’un et l’autre comme seule option. Elles vont se sauver, symboliquement et littéralement, en partant en quête de ce qui fait leur humanité et leur personnalité: l’humour.

Stella est actrice, slash animatrice démonstratrice en grande surface. Son quotidien semble fait de tenues étincelantes, de sourires contagieux, et de gaité, peut-être un peu forcée. Suite à un accident, elle est victime d’un traumatisme cérébral qui affecte notamment ses capacités relationnelles. Non seulement elle développe une fâcheuse tendance à dire ce qu’elle pense, mais en plus elle perd tout sens de l’humour. Autant dire une sérieuse part d’elle-même.

Désemparée, Stella voudrait pouvoir s’en remettre à la science, mais la seule option en dehors de la patience que lui suggère son équipe soignante, c’est de se mettre en relation avec un homme souffrant des mêmes symptômes.

Frank, géologue et foreur dynamiteur, souffre lui aussi d’une lésion cérébrale qui lui a fait perdre tout humour, et tout espoir. Alors qu’il est (littéralement) au bord du gouffre, il rencontre Stella. Contre toutes attentes, celle-ci va réussir l’impossible: le faire rire. Un double miracle à vrai dire. Non seulement les zygomatiques de Frank reprennent du service, mais en plus Stella, à défaut de rire elle-même, peut encore faire rire les autres.

L’espoir pourrait donc bien être encore permis, et Frank ne compte pas laisser au bord de la route celle qui l’a sauvé des eaux. L’improbable couple embarque dans une épopée burlesque qui les mène au fond de la forêt dans une retraite un peu spéciale: un stage de yoga du rire.

Un concept particulier, et des participants qui ne le sont pas moins. Entre la chanteuse de gorge québécoise, et les gourous du rire intérieur, Stella et Frank vont se perdre pour mieux se retrouver, et réaliser le but ultime de toute bonne comédie romantique: filmer la rencontre électrique de deux solitudes qui se cherchent.

Dans le rôle de Stella, on retrouve Sandrine Blancke, la petite Alice de Toto le héros, un beau premier rôle pour cette comédienne discrète mais engagée, que l’on a aperçue récemment dans Soeur Sourire, mais aussi dans de nombreux courts métrages comme Sparte, Les Petites Mains ou Le Scénariste.

Face à elle, on retrouve Sam Louwyck (Le Fidèle, Cargo, Baden Baden, entres autres…), qui prête son physique buriné et un peu lunaire à Frank. Dans le rôle des gourous du rire, les inénarrables comédiens et cinéastes Abel & Gordon, parfaits dans ce rôle sur mesure. On croise en passant quelques têtes bien connues des spectateurs et téléspectateurs belges, comme Pierre Nisse dans le rôle de l’amoureux pas sûr, ou François Neycken dans celui du réceptionniste jovial.

Avec Witz, Martine Doyen raconte la rencontre inévitable de deux âmes perdues qui n’ont plus que l’un et l’autre comme seule option. Ils vont se sauver, symboliquement et littéralement, en partant en quête de ce qui fait leur humanité et leur personnalité: l’humour. La réalisatrice porte un regard décalée sur une société anxiogène, où les émotions sont un Everest à reconquérir. Stella ne rit plus, mais elle ne pleure plus non plus. Plus encore qu’à aimer ou rire, elle doit apprendre à ressentir, à sentir à nouveau.

Après avoir réalisé 4 courts métrages, dont Noël au Balcon, retenu dans la sélection 50/50, Martine Doyen réalise Komma, l’histoire d’un homme d’une cinquantaine d’années qui se réveille dans une morgue sans savoir pourquoi. Porté par la silhouette énigmatique d’Arno, le film est sélectionné à la Semaine de la Critique. Elle réalise ensuite trois films expérimentaux, dont le dernier, Hamsters, sort en salle l’année dernière. Witz, son deuxième long métrage, est produit par Hélicotronc.

Witz sera présenté en avant-première en Compétition Nationale à l’occasion de la 1ère édition du Brussels International Film Festival, ce mercredi 27 juin à 19h30 à Palace.

Regardez aussi

Yoann Blanc et Marie Gillain parmi les invités de l’Intime Festival de Benoît Poelvoorde

Depuis 6 ans, Benoît Poelvorde profite de la fin de l’été pour lancer une invitation …