« Yuku », Valentina Maurel et Delphine Lehericey à Locarno!

Les cinémas belges seront bien représentés lors de la 75ème édition du Festival de Locarno, qui se tiendra du 3 au 13 août prochains. 

En Compétition, et en avant-première mondiale, on retrouve le premier long métrage de Valentina Maurel, Tengo Sueños Electricos. Une belle sélection pour cette jeune réalisatrice d’origine costaricaine installée en Belgique, qui remportait en 2017 le prestigieux prix de la Cinefondation à Cannes pour son film de fin d’études Paul est là, et qui présentait toujours à Cannes à la Semaine de la Critique son film suivant, Lucia en el limbo.

Le pitch de Tengo Sueños Electricos? Eva ne supporte pas que sa mère veuille rénover la maison et se défaire du chat, qui, désorienté depuis le divorce, pisse partout. Eva veut aller vivre chez son père, qui, désorienté comme le chat, vit une deuxième adolescence. Mais comme quelqu’un qui traverse un océan d’adultes sans savoir nager, Eva va aussi découvrir la rage qui le ronge, et que sans le savoir, elle a hérité de lui.

Côté animation, Yuku et la fleur de l’Himalaya d’Arnaud Demuynck & Rémi Durin (on vous faisait découvrir la bande-annonce ici) sera présenté dans la section Locarno Kids: Screenings. Une sélection de plus pour le film présenté en première mondiale au festival d’Annecy il y a moins d’un mois.

Dans la très attendue section Piazza Grande, on retrouvera le nouveau film de Delphine Lehericey, cinéaste suisse installée depuis de nombreuses années à Bruxelles, autrice notamment de Puppy Love et Le Milieu de l’horizon. Son nouveau film, Last Dance, raconte l’histoire de Germain, 75 ans, qui vit une retraite contemplative, pratiquant un farniente indécent nourri d’une légère misanthropie. Lise, sa femme depuis 50 ans, s’occupe de tout à la maison et remplit avec bonheur son agenda d’activités artistiques et bénévoles. Le jour où Lise décède brutalement, la vie de Germain est alors envahie par sa famille qui lui impose une surveillance dont il se serait bien passé. Dans le rôle de Germain, on retrouve François Berléand, et à ses côtés, Kacey Mottet Kein, La Ribot, Déborah Lukumuena, Astrid Whettnall, ou encore Jean-Benoît Ugeux.

Enfin, lui aussi en Compétition internationale on retrouve la coproduction franco-belgio-italienne, Gege la legge de Alessandro Comodin: quelque part dans le nord-est de l’Italie, non loin de la mer, la plaine. Ceci est une chronique, celle d’un policier de campagne, mon oncle Gigi.

A noter aussi la présence de plusieurs films de sociétés de production belges francophones comme Bowling Saturne de Patricia Mazuy (Les Films du Fleuve), avec Arieh Worthalter et Il Pataffio de Francesco Lagi (Umedia) en competition internationale et Vous n’aurez pas ma haine de Kilian Riedhof (FraKas Production) avec Thomas Mustin et Christelle Cornil dans la section Piazza Grande.

 

Regardez aussi

Fin de tournage pour « Un silence » de Joachim Lafosse

Joachim Lafosse vient d’achever le tournage de son dixième (!) long métrage, Un silence, pour …