Home / News / Coming soon / Bouli, Emilie et les films belges du BRIFF!

Bouli, Emilie et les films belges du BRIFF!

Le Brussels International Film Festival (plus connu sous son acronyme BRIFF) revient pour une deuxième édition haute en couleur du 20 au 29 juin prochains, avec des parrain·nes de luxe, et quelques pépites belges à (re)découvrir!

Créé l’année dernière, le BRIFF revient à l’orée de l’été avec une programmation bourrée de films ayant fait la joie cinéphile des plus grands festivals, des invités de haute voltige (Bouli Lanners et Emilie Dequenne bien sûr, mais aussi Abel Ferrara et Michel Hazanavicius), et des sections consacrées aux films et talents du Plat Pays.

Compétition Nationale

Ainsi la Compétition Nationale permettra de découvrir des films belges, mais aussi des coproductions, car les talents excellent aussi bien à la réalisation qu’à d’autres postes que ce soit la production, l’image, le son, le montage… Notons d’ailleurs que deux chef opératrices belges sont également à l’honneur dans le cadre de la Compétition Internationale, Virginie Surdej (voir notre interview) qui signe l’image de The Orphanage et Virginie Saint-Martin qui signe celle de God Exists Her Name Is Petrunia.

On retrouve trois films belges dans la Compétition Nationale:

  • Cavale de Virginie Gourmel, qui sort d’ailleurs dans la foulée le 26 juin (keep posted, on a bientôt une belle annonce à vous faire à propos du film

Kathy, une adolescente secrète et rebelle n’a qu’une idée en tête : fuir l’établissement psychiatrique dans lequel on l’a enfermée. Très vite elle s’en échappe pour retrouver son père, le seul à pouvoir la libérer de « cette prison ». Contre toute attente ses compagnes de chambrée, Nabila et Carole, aussi barges que loufoques, s’invitent dans cette fugue improvisée. Mais rien ne se passera comme prévu…

  • Bastaard de Mathieu Mortelmans (à qui l’on doit les courts métrages Complices, Les Naufragés, Chambre Double, mais aussi une partie des épisodes d’Unité 42)

Deux ans après la mort tragique de son frère aîné, Daan peine à maintenir un équilibre dans sa famille déchirée. Un jour, sa mère décide de combler le vide en hébergeant un jeune sans-abri dans leur maison. Alors que ce nouveau venu s’introduit dans leurs vies et que les relations familiales se dégradent, Daan tente de découvrir le passé mystérieux du garçon. Est-il le seul à craindre que cet intrus puisse bouleverser leur existence?

  • Century of Smoke, documentaire de Nicolas Graux sélectionné au prestigieux Festival Visions du Réel

Jeune père de famille, Laosan passe ses journées à fumer l’opium. Pour sa communauté, isolée au plus profond de la jungle laotienne, la culture de l’opium est le seul moyen de survie. Mais c’est aussi le poison qui endort les hommes et tue leurs désirs.

On retrouve donc également des coproductions belges, Good Favour de Rebecca Daly (Irlande/ Belgique), Oleg de Juris Kursietis (Lettonie/ Belgique/ France/ Lituanie), et Dirty God de Sacha Polak (Royaume-Uni/ Belgique/ Pays-Bas/ Irlande).

Panorama belge

Digne héritier du Be film Festival, le Panorama Belge permet de voir ou de revoir un florilège noir-jaune-rouge des films les plus marquants de l’année écoulée.

Joyeux anniversaire Emilie Dequenne!

Grâce à sa tante, qui avait repéré l’annonce dans un journal, Emilie Dequenne se rend au casting de Rosetta. Presque aussi déterminée que le personnage principal, elle décroche le rôle-titre du haut de ses 17 ans. Le conte de fées ne fait que commencer : sa performance lui vaut le Prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes 1999. Vingt ans plus tard, La Fille du RER nous fait l’immense honneur de sa présence au BRIFF, pour souffler les bougies de son premier succès d’actrice et la Palme d’Or de Rosetta, entourée de Fabrizio Rongione et des frères Dardenne. Et nous offre un magnifique cadeau : un best of de sa filmographie, avec Rosetta, de Jean-Pierre et Luc Dardenne, A perdre la raison de Joachim Lafosse et Pas son genre de Lucas Belvaux.

Green planet: carte blanche à Bouli Lanners

No future ? Le slogan punk serait-il de retour pour qualifier l’avenir de notre « green planet » ? Bouli Lanners ne veut pas y croire. Mais il tire la sonnette d’alarme. En réaction aux dérèglements climatiques et aux dangers liés au nucléaire, l’acteur réalisateur liégeois brandit une carte blanche en 6 films destinés à nous faire réagir de toute urgence. Animation, fiction, docu et court : tous les genres sont dans la Nature quand il est question de la sauver.
  • The Road, John Hillcoat – 2009 – USA
  • Fukushima, le couvercle du soleil, Futoshi Sato – 2018 – Japon
  • Un héritage empoisonné, Isabelle Masson – 2018 – Belgique, France
  • There’s No Tomorrow, Dermot O’ Connor – 2012 – Irlande
  • Ilha das Flores, Jorge Furtado – 1989 – Brésil (CM)
  • Kona fer i strió (Woman at War), Benedikt Erlingsson – 2018 – Islande, France, Ukraine
Pour tout savoir et plus encore, rendez-vous sur le site du Festival.

 

 

Regardez aussi

« Asile »: passé l’exil

Chaque année, plusieurs milliers de Mineurs Étrangers Non Accompagnés arrivent en Belgique. Une majorité d’entre …