Home / A la une / Les réalisatrices à l’honneur à la Commission de Sélection des Films

Les réalisatrices à l’honneur à la Commission de Sélection des Films

La Commission de Sélection des Films de la Fédération Wallonie-Bruxelles a annoncé les résultats de sa 2ème session de soutien 2017, où l’on dénombre un grand nombre de (jeunes) réalisatrices.

En juin dernier, le cinéma belge se demandait « Où sont les femmes? » (voir notre article à ce sujet) suite au lancement de l’opération 50/50, et à la photo de famille très masculine des réalisateurs retenus dans cette sélection. Aujourd’hui, on peut dire qu’elles sont visiblement au travail!

Fait marquant des résultats de cette commission, sur les huit projets d’initiative belge francophone aidés pour cette session, cinq d’entre eux sont portés par des réalisatrices. Alors certes, cela ne devrait même pas se remarquer tant ce devrait être la norme. Mais soyons honnêtes, cela ne l’est pas encore, aussi convient-il de souligner la vitalité de la production cinématographique au féminin en Belgique francophone. Soulignons-le d’autant plus qu’il s’agit ici uniquement de premiers ou de deuxièmes longs métrages, autant de caps particulièrement difficiles, voire fragiles à passer. Mais voyons plutôt quels films nous devrions voir débarquer sur nos écrans d’ici 2 ou 3 ans…

En écriture… Objectif 2020!

Bulle Decarpentries et Delphine Girard sont aidées à l’écriture pour Mado, l’histoire d’une jeune femme partie rejoindre son grand-père mourant et se retrouvant confrontée à son père qu’elle avait rayé de sa vie, un film porté par Versus.

A l’écriture, sont également aidés Valéry Rosier, pour  Magic Falcon, dans lequel Pierre, carrossier vivant dans les Ardennes va recevoir une demande inattendue de son fils en cavale : récupérer et faire passer un paquet de drogue. Il s’agit du deuxième long du réalisateur, après Parasol, sorti l’année dernière, et très remarqué en festivals. Il est à nouveau produit par Wrong Men.

« Parasol » de Valéry Rosier

Aidés également pour un deuxième long, Manuel Poutte (Les Tremblements Lointains) pour Folies,  l’histoire d’un enfant qui essaye de défendre sa mère envers et contre tous, à commencer par les médecins et son père, alors que tous les décrète folle, car maniaco-dépressive, et François Hien (Felix et les lois de l’inertie)  pour Puits-Hamelin, un film inspiré d’un fait d’actualité français, l’histoire d’un conflit qui éclate entre une crèche à vocation sociale et une employée qui refuse de retirer son voile. La Commission soutient également Faire surface, le premier long métrage d’Arnaud Dufeys (Atoms, Vertiges), ainsi que Yuku et la fleur d’Himalaya, nouveau long métrage d’animation signé Arnaud Demuynck.

En développement… Objectif 2019

Parmi les longs métrages aidés au développement, trois deuxièmes longs signés par des femmes. Savina Dellicour (Tous les chats sont gris) prépare Whenever You’re Ready (chez Tarantula), un film sur Agathe, neurologue qui va perdre le contrôle suite à une opération, son inconscient la menant dans un voyage introspectif bouleversant. Dans Ma petite, Kadija Leclère (Le Sac de Farine) suit Sarah, styliste belge d’origine marocaine qui s’apprête à adopter au Maroc. Si sa sœur s’en réjouit, ce n’est pas le cas de son compagnon, déjà père d’un garçon de six ans… Le film sera produit par WAT Production. Vania Leturcq (L’Année Prochaine) est également soutenue pour Juliette, produit par Hélicotronc, comme son premier film.

Seront également aidés deux réalisateurs qui passent le cap du premier long métrage, Bruno Tracq (Betelgeuse), pour Héroïne, et Christophe Hermans (Fancy Fair, Eclaireurs), pour La Ruche.

En production… Objectif 2018?

Une aide à la production est apportée à Sans soleil, premier long de Banu Akseki, produit par Frakas, qui suivra Cyril, un adolescent adopté dont la mère biologique resurgit sur fond d’éruptions solaires qui affectent la terre. Aide à la production également pour Les Châtelains de Véronique Cratzborn, chez Iota Production, où l’on suit les traces de Gina, 14 ans, écartelée entre son père interné dans un asile, et sa mère qui perd pieds. Alors qu’elle veut reprendre à sa charge le foyer, elle rencontre un jeune garçon qui l’éveille à l’amour et lui laisse entrevoir une possibilité de faire évader son père. 

On notera également le soutien au prochain film de Delphine Lehericey (Puppy Love), qui retourne momentanément en Suisse sur ses terres natales pour Le Milieu de l’Horizon, un film coproduit par Entre chien et loup.

« Puppy Love » de Delphine Lehericey

Lola vers la mer, nouveau film de Laurent Micheli dont le premier long, Even Lovers Get the Blues, vient de sortir, reçoit également une aide à la production, l’histoire d’une jeune fille transgenre, qui confrontée au deuil de sa mère, va également devoir renouer le contact avec son père. C’est donc le troisième projet aidé pour Wrong Men avec Héroïne et Magic Falcon dans le cadre de cette commission. 

Pour retrouver l’ensemble des projets aidés, notamment les courts métrages et les documentaires, ça se passe ici.

 

Regardez aussi

Benoît Poelvoorde tourne plus vite que son ombre

On vient d’apprendre que le comédien namurois, que l’on vient de voir dans 7 jours …